Laïcité ???

 

Les assassins reviennent toujours sur les lieux de leurs crimes

 

 

img055.jpg

 

Au musée archéologique Monsieur Mousset pourra rendre hommage à d’anciennes victimes de l’organisation qu’il représente

 

3877902498813062004100321261332412750477934703n.jpg

 

Derniers commentaires

  • Collin Daniel commentaire sur A propos de ce blog
    "Bonjour Madame, J'ai découvert et dévoré votre livre "les celtes et le druidisme" avec beaucoup d..."
  • Smithe40 commentaire sur Vénus et le nombre cinq
    "Hey very nice website!! Man .. Beautiful .. Amazing .. I'll bookmark your website and take the feeds..."
  • horoscope de demain commentaire sur Zodiaque
    "Parfait pour cet horoscope de demain, merci !..."
  • IeHoMa commentaire sur A propos de ce blog
    "Madame Reznikov, Je suis en train de terminer l'ouvrage "Les Celtes et le druidisme". Je tiens à v..."

Articles récents

Le nombre onze

Variations sur un onze

Par Neutrinos

6ee0d0c678d703ce344547e89454d08e.jpg

 

11 est le cinquième nombre premier.

Un carré de côté 11 a le même périmètre qu’un cercle de diamètre 14 (avec π = 22/7).

14/11 = 1,272727.. c’est la racine carrée du « nombre d’or ».

Le nombre six à 11 partitions ; onze a 56 partitions.

11 = 6 + 5 mais aussi 62- 52.

En hébreu , six et cinq sont les valeurs numériques de deux lettres du Tétragramme :

ו (waw) et ה (He).

 L’icosaèdre tronqué est formé de pentagones et d’hexagones réguliers

Les quatre premières valeurs obtenues dans le triangle de Pascal sont des puissances de 11 :

11, 121, 1331 et 14641 (114)

1331 est le cube de 11.

(…)

Physique

A des échelles infiniment petites de l’ordre de 10-35m, se développe un univers à dimensions multiples : 26 pour la théorie des cordes. Ces dimensions supplémentaires ont été ramenées à 10 dans la théorie des supercordes, puis à 11 dans la théorie « M » :

« Plutôt que les trois dimensions d’espace plus une dimension de temps de notre expériences quotidienne, la théorie des supercordes requiert neuf dimensions spatiales et une dimension temporelle. Et dans une incarnation plus robuste de la théorie des supercordes, connue sous le nom de « théorie M », l’unification nécessite dix dimensions d’espace et une de temps – une toile de fond cosmique composée d’un total de onze dimensions d’espace-temps. »

(Brian Greene, La magie du cosmos, Robert Laffont 2005)

rosesansongr.jpg

 

Bienvenue dans la onzième dimension !

Voir l’article complet:

http://akhsahcalebunblogfr.unblog.fr/2011/11/10/le-nombre-onze/

 

 


11/11 à 11h11 ?

11 novembre 2011

Par Raymonde Reznikov

Considérant que le calendrier civil occidental est fondé sur une base fictive et ne correspond strictement à rien sur le plan symbolique,

Que le mois de novembre était jadis le neuvième mois, comme l’indique son nom, et qu’il ne devint le onzième qu’en 1567…

Enfin, que nos heures sont fausses par rapport au soleil….

J’aimerais savoir quelle est l’incidence cosmique d’un 11 novembre 2011 à 11h 11 ?

 img051.jpg

Tarot du Chien: arcane 11, La Force

Cela étant, je souhaite du bonheur à tous ceux qui sont nés le jour de leur anniversaire, si celui-ci tombe à cette date,

Et je salue au passage les habitants du département français de l’Aude.

 

 

 

 


Les Pléiades

 

Regard sur les Pléiades

Par Raymonde Reznikov

Les Pléiades situées près de l’écliptique font de nos jours officiellement partie de la constellation du Taureau. Les Anciens, dont Eudoxe, les considéraient comme une constellation à part entière. L’astronome Camille Flammarion leur consacra plus de quinze pages dans son livre sur les étoiles :

« Ce groupe classique et dont la célébrité historique surpasse celle des plus vastes constellations mérite notre attention spéciale, et nous devons nous y arrêter avec un soin particulier. »

(Les étoiles et les curiosités du ciel)

231210103.jpg

(Futura-sciences)

Novembre 2011, la Lune conjointe aux Pléiades dans l’axe de l’Arc de Triomphe

 Astronomie

M 45, le plus illustre des amas ouverts du ciel, brille à 3h44 en ascension droite et à 24° en déclinaison. Pour en savoir plus sur ses caractéristiques physiques, consultez les liens suivants :

Ciel des Hommes

 

 http://www.cidehom.com/apod.php?_date=110921

Futura-Sciences 

http://www.futura-sciences.com/fr/definition/t/univers-1/d/pleiades_5212/

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/planetes-en-formation-dans-lamas-des-pleiades_13652/

Les six étoiles que l’on distingue facilement à l’œil nu reproduisent en miniature l’image du Chariot de la Grande Ourse. La fin de l’automne et l’hiver sont les meilleures périodes pour les observer.

m45volskiy915.jpg

(Ciel des Hommes)

Mythologie des Pléiades en Orient

Les  Puranas

La tradition védique a associé les sept Pléiades de l’astérisme « Krittica », aux sept étoiles de la Grande Ourse, demeure des sept Rishis, sept Sages nés du mental de Brahma.

 Arundhati (Alcyone) est l’épouse de Vasishtha, l’étoile Mizar, incarnation stellaire de Brahma lui-même.

Les Pléiades Sannati, Kshama, Prîti, Anasûya, Sambhûti, et Lajja sont respectivement associées aux Rishis Kratu, Pulaha, Pulyastya, Atri, Marichi et Angiras.

Les sept sœurs ont encore reçu d’autres noms : Amba, Doulâ, Nitatoui, Abrayanti, Maghâyanti , Varshayanti et Choupounika.

Dans les textes mythologiques de l’Inde, le dieu Skanda, la planète Mars, est donné soit pour un fils de Krittica et d’Agni (le feu),  soit pour un fils du seul Rudra-Shiva. C’est un chaste adolescent vêtu de rouge dont l’éducation fut confiée aux Pléiades, les Krittica, c’est pour cela qu’il fut appelé Kârtikeya.

Vue depuis la terre, la planète Mars semble séjourner périodiquement près des Pléiades. Deux mille trois cents  ans avant l’ère commune, des conjonctions exactes de Mars avec les Pléiades se produisaient environ tous les deux ans, car les Pléiades juste situées sur l’écliptique marquaient le point vernal et c’est justement près du point vernal que le parcours de la planète Mars croise la route du soleil. Ce fut sûrement à cette époque que naquit le mythe de Kârtikeya et de ses nourrices.

Krittica, le nom des Pléiades en sanscrit a le sens de « découpé »

 Voir:

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2009/04/29/beltaine/

 

 http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2009/05/07/pleine-lune-de-mai/

pleiadeslabeled.jpg

Retour en Occident

Sept Pléiades avaient  aussi reçu un nom dans l’antiquité classique, mais on n’a jamais su le nom respectif attribué à chaque étoile séparément. Une d’entre elles diminua d’éclat au point de disparaître, ce qui donna naissance au mythe de la Pléiade perdue.

C’est Riccioli qui en 1651 octroya les noms antiques aux étoiles et qui, avec une certaine logique donna le nom de Maia à la plus brillante d’entre elles, nom qu’il changea ensuite pour celui d’Alcyone.

Eta du Taureau, Alcyone donc, est une étoile multiple de magnitude 2,8. Il n’en n’a pas toujours été ainsi car l’astre en question n’apparaît dans les catalogues avec ses coordonnées actuelles qu’à partir de Tycho Brahé. L’astronome danois réalisa une carte des Pléiades à la suite de son observation du 24 décembre 1579.

pleiades2.jpg

Mystère dans les Pléiades

L’éclat respectif des étoiles des Pléiades, ainsi que leur place dans le ciel, sont des phénomènes sujets à de multiples variations. Camille Flammarion a recensé tout ce qui a concerné le groupe depuis Ptolémée et il s’est aperçu que les astronomes de l’antiquité et du Moyen-âge ont noté des positions en longitude et en latitude qui ne correspondent plus à celles d’aujourd’hui. Là où les anciens voyaient l’astérisme, il n’y a rien.

Les positions de quatre étoiles données par Ptolémée sont toutes en dehors de la figure moderne, et Flammarion se pose la question :

 « Est-ce à dire pour cela, que Ptolémée ou Hipparque ont bien observé, et que leurs étoiles existaient réellement là, tandis que les nôtres n’existaient pas ? Non, assurément, car d’une part nous savons qu’il y avait déjà six ou sept Pléiades, et d’autre part, la rédaction de Ptolémée concorde assez bien avec la réalité, si les mesures ne concordent pas. »

Continuant son enquête, Flammarion étudia alors les observations de Al Sûfi, qui reprenait Ptolémée en précisant toute fois :

«  Il est vrai que les étoiles des Pléiades sont au nombre de plus de quatre ; mais je me borne à citer celles-ci parce qu’elles sont très proches l’une de l’autre et que ce sont les plus apparentes. »

Et Camille Flammarion de noter :

« La plus brillante des Pléiades n’était pas Alcyone. A moins d’admettre que Hipparque, Ptolémée et Al Sûfi n’ont pas su voir et reproduire le groupe comme un enfant saurait le faire  aujourd’hui, nous sommes forcés de conclure que de grands changements se sont opérés dans cette région du ciel. »

Au XVe  siècle, Ulu-Beg observa les Pléiades. Il ne trouva pas les mêmes coordonnées que ses prédécesseurs, et son groupe commença à ressembler à ce que l’on connaît. Pourtant, au XVIe siècle, Copernic reprenant encore les quatre étoiles de Ptolémée, redonnait des positions totalement incohérentes.

« Ce serait peine perdue d’essayer aucune identification : les positions ne correspondent même pas au texte de la description ! Il est certain que l’immortel astronome n’a pas fait ici d’observation personnelle ; il a seulement reproduit le Catalogue de Ptolémée en faisant la correction de précession et avec des fautes nouvelles. Cette figure ne ressemble pas plus aux Pléiades qu’à n’importe quoi. »

Enfin apparut l’honnête Tycho Brahé, qui à la manière de ses devanciers, ne signala pourtant que quatre Pléiades.

C’est Bayer, qui le premier, en mentionna six de cette étrange façon :

Eta – la brillante des Pléiades – nature de Mars et de la Lune.

q – la petite des Pléiades – nature de la Lune et de Mars ou de la Lune et de Jupiter.

Puis curieusement ensemble :

Quatre Pléiades – nature de la Lune et de Mars ou de la Lune et de Jupiter.

Dans son commentaire, Bayer ajoute :

« L’étoile η avec q jointes aux quatre autres sont appelées Pléiades, on les dit sept, mais six seulement sont visibles. »

 

pleiadesskyjohn600h.jpg

(Ciel des Hommes)

 Dès la découverte de la lunette astronomique par Galilée, l’histoire des Pléiades entra dans sa phase contemporaine. On put constater enfin officiellement les variations d’éclat à l’intérieur de ce groupe mouvementé. La plus brillante étoile des Anciens, celle « située au nord vers les Ourses » s’est effacée ; encore une Pléiade perdue ! Mais pour une de perdue, combien de retrouvées, ne seraient-ce que les compagnes d’Alcyone !

Comme tous les astres du ciel, l’amas des Pléiades est animé par un mouvement propre. Il se dirige vers le sud-est mais de manière relativement lente par rapport à nous. Ce phénomène a conduit au XIXe siècle l’astronome allemand Mädler à émettre l’hypothèse, sûrement inspirée par les récits mythologiques et les traditions de tous les peuples de la terre, que les Pléiades seraient le système central autour duquel graviterait le soleil. On sait depuis que ce n’est pas le cas.

Pourtant les Pléiades sont bien, comme les nommaient les Sumériens, Temennu, la Pierre fondamentale du ciel. Leur rôle dans l’histoire du monde semble avoir été d’une importance incalculable.

Ce tout petit astérisme composé d’étoiles à peine visibles à l’œil nu, a inspiré des pages et des pages de commentaires, de mythes et de légendes chez tous les peuples du monde entier sans exception. Dans le monde gréco-latin, les Pléiades sont les sept filles d’Atlas le Titan, et pour cette raison elles sont appelées les Atlantides.

Atlas

Qui était Atlas ?

D’après Hésiode, Atlas était le fils du Titan Japet et de l’Océanide Clyméné. Il eut pour illustres frères Prométhée et Epiméthée.

Japet était fils d’Ouranos, le Ciel, et de Gaïa, la Terre. Parmi ses frères figure Cronos-Saturne qui engendra Zeus. Il ne faut pas confondre Cronos, le régent de la planète Saturne avec Chronos, le maître du Temps. En grec, Cronos s’écrit : Κρόνος, et Chronos s’écrit : Χρόνος. Il serait bon de se souvenir de ce détail, même si les cycles de Saturne ont servi à mesurer le temps.

170pxsaturnplanetlarge.jpg

Lorsque Zeus voulut s’emparer du pouvoir en détrônant Cronos, il eut à combattre ses oncles et ses cousins Titans. Ceux-ci conduits par Atlas furent vaincus et pour châtiment Zeus les exila et les emprisonna aux confins de l’Occident, ou à l’extrême Nord. Atlas, leur chef fut condamné à porter la voûte du ciel sur ses épaules.

Dans le mythe Pélasge de la Création, les Titans sont les régents des planètes. Atlas et la Titanide Phoébé président à la Lune.

Les Pélasges étaient-ils un peuple de la mer ? Leur origine est restée inconnue. Ils n’ont jamais abandonné le culte des Titans pourtant symbole d’une ère révolue. Ils continuèrent à croire en un Paradis situé dans l’extrême nord, devant lequel Atlas soutenait le Ciel, souvenir d’une « Atlantide » disparue peut-être.

En Genèse X – 25, il est dit que Héber ( עבר) engendra Peleg (פלג) parce que de son temps la terre fut partagée.

Péleg est l’ancêtre d’Abraham.

La valeur du mot PeLeG est 113, et 355 nombre de jours de l’année lunaire, divisé par 113 égale 3,14159292.

piuniverse.jpg

C’est un autre Atlas, fils de Poséïdon, qui régna plus tard sur l’île rendue célèbre par Platon.

Les deux personnages mythiques du même nom ont en commun la fantomatique Atlantide disparue. Ils symbolisent l’un et l’autre le continent perdu et sa brillante civilisation, laquelle pour les Anciens, était à l’origine des religions et des sciences.

Atlas savait que la terre était ronde :

« La sphère avait été découverte longtemps auparavant par Atlas. »

(Pline l’Ancien, Histoire naturelle, II-31)

Comme l’Asuramaya de l’Inde, il enseignait l’astronomie et passait pour un maître en toutes disciplines. Mais si les deux personnages mythiques du même nom ont été confondus, on doit considérer que seul le Titan, dieu ancien détrôné, est bien le père des Pléiades.

Leur mère est Pléioné, fille d’Océan et de Thetys, qu’Hyginus appelle aussi Aethea. D’après certains auteurs, ce serait de Pléioné que les Pléiades tireraient leur nom : pleïn en grec signifiant naviguer. A une certaine époque, il est vrai que les Pléiades indiquaient par leur lever matinal le commencement de la période de navigation, mais cette situation ne fut que temporaire, et les Pléiades n’avaient jamais porté un autre nom antérieurement.

Ce nom semblerait provenir de préférence du terme pleion et de ses dérivés, et signifier : nombreux, davantage, ce qui est supérieur, ce qui est un grand nombre en groupe.

Bien que six étoiles seulement soient visibles, les Pléiades sont effectivement très nombreuses vues dans un instrument d’optique ; faut-il toutefois en posséder un pour s’en rendre compte !

Une appellation populaire retransmise par Homère : Boutros, le grappe, pourrait confirmer cette hypothèse, les grappes portant en général plus de six grains pour mériter ce titre.

palenquemexique837372.jpg

Temple de Palenque

Chez les Mayas, les Pléiades figurent les 400 jeunes gens, dieux des boissons fermentées, qui après leur mort « entrèrent dans la constellation nommée à cause d’eux l’Amas », c’est à dire les Pléiades. Leur image est représentée sur les murs du temple de Palenque au Mexique.

Cortez a rapporté une très ancienne tradition mentionnant qu’une destruction du monde avait eu lieu dans un passé lointain à leur culmination nocturne (actuellement vers le 20 novembre).

Ptolémée prétendait que la Nouvelle Lune et la Pleine Lune près des Pléiades, causaient des tremblements de terre.

1111112.jpg

Le 11/11/2011

Dans le traité du Talmud Berakhot, il est aussi question des Pléiades, Kima :

« La Guemara explique comment la constellation de Kima a reçu ce nom :

Quelle est la raison pour laquelle cette constellation a été nommé Kima ?

Chemouël dit : elle a reçu ce nom car elle est comme cent (כמאה) étoiles.

La Guémara rapporte un désaccord concernant ces étoiles : certains disent qu’elles sont rassemblées, et certains disent qu’elles sont éparpillées »

(Traité Bérakhot, ch. 9 – 58b5, éditions Artscroll)

Un amas ouvert d’une centaine d’étoiles ? Les traités du Talmud furent rédigés entre le premier et le huitième siècle, rappelons-le.

Dans la tradition de l’Avesta, les Pléiades sont  Satavaêsa. Ce nom signifie : « qui a cent habitations ».

Et Satavaêsa fait aller ses eaux vers les sept Karshvares, et arrivé là, il s’arrête, bel et apportant la joie sur les régions qui auront une bonne année…

(Avesta, Yasht 8 – V, 9)

Satavaêsa a sous sa surveillance la planète Vénus.

Certaines légendes mythologiques font de la planète Vénus, la Pléiade perdue qui serait arrivée dans notre système solaire sous forme de comète. Cela ne repose sur aucune base astronomique, Vénus étant beaucoup plus âgée que les Pléiades.

Ce rapport entre la planète et l’astérisme peut avoir son origine dans le mot grec Pelias qui signifie colombe, oiseau consacré à Vénus.

alcyonpiejgke0p.jpg

(oiseau.net)

Etoiles de la mer (pelagaios), colombes, astres de la navigation (alcyon), amas sont des explications possibles du mot Pléiades.

Oiseau, Tsippor, צפור, est à l’origine de Tsiporah (et non Séphora), nom d’une des sept filles de Yithro, le prêtre de Midian aux sept noms que Moïse, le tiré des eaux, épousa.

L’astérisme des Pléiades, rappelons-le sépare les constellations et les signes astrologiques du Taureau et du Bélier, voir :

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2010/11/03/zodiaque/

« La Guemara présente deux réponses contradictoires :

Certains disent que c’est la queue du Bélier, et certains disent que c’est la tête du Taureau. »

Dans cet extrait de Berakoth, le groupe d’étoiles est appelé aussi Yota.

Dans ce même traité, Les Pléiades , כימה (KYMaH), telles des Atlantides sont, comme chez les Mayas, associées au déluge :

« Car au moment où le Saint Béni soit-il a voulu amener le Déluge sur le monde, il a pris deux étoiles de Kima et a amené le déluge sur le monde. »

Au Japon, le jour de la pleine lune de novembre, c’est la fête des lanternes qui rappelle le souvenir du déluge.

Les adeptes de la religion jaïne célèbrent chaque année à ce même moment la Fête des Lampes qui commémore l’anniversaire de la mort de leur maître Mahâvîra.

Dans l’hémisphère nord, les filles d’Atlas semblent avoir eu une fâcheuse réputation. Par contre, dans l’hémisphère austral, elles sont signe de joie. :

« Jusqu’à l’introduction du christianisme au XIXe siècle, les insulaires de la Polynésie vouèrent un véritable culte aux Pléiades. L’heureux événement de leur apparition déclenchait d’exubérantes festivités ; à croire qu’elles n’avaient pas toujours été visibles depuis les latitudes australes, que leur première apparition avait amélioré les conditions de vie des indigènes, mais qu’elles risquaient un jour de redisparaître ! »

(Les Celtes et le Druidisme)


280pxnebrascheibe.jpg

Le disque de Nebra

Ce disque en bronze de 32 cm de diamètre a été découvert à Nebra sur Unstrut en Allemagne. Il date de 3600 ans. Il représente le ciel avec le soleil, la lune et les Pléiades

Bibliographie

Avesta : traduction de James Darmesteter, Adrien-Maisonneuve, 1960

Traité Berakhot, L’édition Edmond J. Safra, Artscroll.

James George Frazer, Le Rameau d’Or, Bouquins, Robert Laffont, 1983

Camille Flammarion, Les étoiles et les curiosités du ciel, Flammarion , 1882.

Raymonde Reznikov, Les Celtes et le Druidisme, Dangles, 1994.


Demain, les bûchers

A Charlie Hebdo

410trmz9xblss500.jpg

Voici un texte écrit vers 1994 par François Cavanna, fondateur de Charlie Hebdo. Il s’agit de la conclusion de son livre:

Lettre ouverte aux culs-bénits

(Albin Michel, 1994)

Demain, les bûchers

Aujourd’hui, les mollahs tuent.

Parce qu’un homme a osé écrire ce qu’ils estiment être un blasphème.

Ils l’ont condamné à mort. (Salman Rushdie)

Ils ont déchaîné contre lui les hyènes du fanatisme et de la cupidité.

En toute illégalité (mais existe-t-il une légalité internationale ?) et en toute impunité, le chef d’un Etat souverain lance un ordre d’assassinat hors de ses frontières.

Le monde entier, indigné (pas trop) et sportivement intéressé, suit la chose et fait des paris. L’auront ? L’auront pas ?

Un autre Etat musulman déclenche une tempête contre un couturier d’un pays lointain qui a osé broder des mots « sacrés » sur le corsage d’une femme (d’une femme ! Double horreur !). Le couturier et les diplomates s’écrasent en honteuses excuses. C’est qu’il peut y avoir un ordre de mort au bout de tout ça !

Ailleurs, on pend, on emprisonne, on torture chaque jour pour apostasie, athéisme ou simple irrespect.

Un climat d’intolérance, de fanatisme, de dictature théocratique s’installe et fait tache d’huile.

L’intégrisme musulman a donné le « la », mais d’autres extrémistes religieux piaffent et brûlent de suivre son exemple.

Demain, catholiques, orthodoxes et autres variétés chrétiennes instaureront la terreur pieuse partout où ils dominent. Les Juifs en feront autant en Israël.

Il suffit pour cela que des groupes ultra-nationalistes, et donc s’appuyant sur les ultra-croyants, accèdent au pouvoir. Ce qui n’est nullement improbable, étant donné l’état de déliquescence accélérée des démocraties.

Le vingt et unième siècle sera un siècle de persécutions et de bûchers.

Quand sera venu le temps des pieux bourreaux, jette ce livre au feu avant qu’on ne t’y jette !

 mahometcharlie.jpg

« Le vingt et unième siècle sera un siècle de persécutions et de bûchers »

Nous y sommes et le siège de Charlie Hebdo a été incendié. Visionnaire François Cavanna ?

Non, lucide…

Voir:

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2009/04/19/libertes-et-droits-de-lhomme/

 

 


Le Cosmos et le Lotus

Confessions d’un astrophysicien

Extraits présentés par Raymonde Reznikov

51hybfibolss500.jpg

L’astrophysicien Trinh Xuan Thuan se présente lui-même ainsi :

Je suis le produit de trois cultures. Né vietnamien, éduqué à la française, j’ai acquis toute ma science aux Etats-Unis.

A l’université de Caltech (Californie) Trinh Xuan eut le privilège d’avoir Richard Feynman comme professeur :

« Richard Feynman était l’un de mes professeurs  favoris. (…)

Il avait une conception tout à fait personnelle et originale de la physique fondamentale. Il regardait inlassablement la nature avec des yeux neufs, loin des sentiers battus, et ré-interprétait tout - mécanique classique, électromagnétisme, gravitation, mécanique quantique – à sa manière. Il possédait une intuition hors du commun. »

 

Le monde n’est pas un rêve

Et la lumière est son messager

Il faut comprendre que la lumière constitue le lien principal entre l’homme et le cosmos, et que la tâche première de l’astronome est de recueillir cette lumière afin de déchiffrer le code cosmique qu’elle porte.

bulles1590834.jpg

Photo Lison-09 (montsegur09.unblog.fr)

 

Le monde est beau

Qu’est-ce que la beauté en science ? C’est d’abord la beauté physique du monde, celle qui nous saute aux yeux et qui nous éblouit. Ainsi, le Soleil n’est pas seulement source de vie, de lumière et d’énergie ; il est aussi source de splendeur et d’émerveillement. En jouant avec les gouttelettes d’eau, les molécules d’air et les cristaux de glace, en rebondissant sur la surface des grains de poussière, des arbres et des montagnes, en se reflétant sur les eaux des océans et des lacs, ou en se faufilant dans les nuages et les brumes, notre astre solaire est à l’origine de spectacles naturels qui apaisent le cœur et mettent du baume à l’âme. Une beauté qui nous console souvent et parfois nous sauve.

4015613712747731801571080955307523491489807n.jpg

Le monde n’était pas « obligé » d’être beau, mais il se trouve qu’il l’est. Nous vivons dans un monde de merveilles optiques, et le ciel est une toile majestueuse où jouent couleurs et lumières les plus inattendues. Pensez à l’arche multicolore d’un arc-en-ciel qui surgit au milieu des gouttes de pluie à la fin d’un orage, et dont la taille imposante, l’harmonie des couleurs et la perfection de la forme circulaire constitue un pont entre la poésie et la science, et commandent l’admiration et la révérence.

161011034.jpg

Pensez encore à la spectaculaire beauté des couchers de soleil, ce festival de tons jaunes, orangés et rouges qui illuminent le ciel juste avant que l’astre disparaisse sous l’horizon. (…)

Les aurores boréales, ces lumières diffuses dont les couleurs, les formes et les mouvements semblent varier à l’infini, et que nous ne pouvons observer que dans des zones de hautes latitudes, sont d’une magie époustouflante. (…) 

auroradoublehoffman.jpg

Photo Ciel des Hommes

… et ordonné

Mais la beauté du monde excède celle perçue par les yeux. Je ressens aussi intensément une beauté d’ordre plus abstrait, que m’inspirent sa cohérence et son ordre. Si l’Univers était totalement chaotique, s’il ne possédait aucune sorte de régularité, je ne pourrais pas faire de science. Les succès époustouflants de la science, rapportés et diffusés quasi instantanément sur Internet, nous font oublier que c’est presque un miracle qu’elle soit possible. C’est le cas parce que la nature présente des régularités, parce que son comportement peut être décrit par ce que nous appelons des « lois ».

 

Conclusion ?

Ce que je crois : Le quantum et le lotus

Enfin, il existe une profonde unité dans l’univers. A mesure que la physique a progressé, des phénomènes que l’on croyait totalement distincts ont pu être unifiés. Newton unifie le ciel et la Terre : la même force de gravité universelle dicte aussi bien la chute d’une pomme dans un verger que le mouvement des planètes autour du Soleil. Au XIXe siècle, Maxwell montre que l’électricité et le magnétisme ne sont que deux facettes d’un même phénomène : en prouvant que les ondes électromagnétiques ne sont autres que les ondes lumineuses, il unifie l’électromagnétisme et l’optique. Au début du XXe siècle, Einstein unifie le temps et l’espace, la masse et l’énergie. A l’aube du XXIe siècle, les physiciens travaillent d’arrache-pied à unifier les quatre forces fondamentales de la nature (la force de gravité, la force électromagnétique et les deux forces nucléaires forte et faible) en une seule super force.

L’univers tend vers l’un

01trinhxuanthuan200.jpg

Trinh Xuan Thuan

Le Cosmos et le Lotus

Albin Michel, septembre 2011. (19 euros)

 

Voir aussi :

41snktfbbdlss500.jpg

Sven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod

Métaphysique quantique

La Découverte, octobre 2011. (14 euros)

 

Rappel

180pxjeanpierreluminet20090313salondulivre1.jpg

Jean-Pierre Luminet

Illuminations – Cosmos et esthétique

Odile Jacob, septembre 2011. (23,90 euros)

 

 


Chemtrails

 

Traces dans le ciel et charlatanisme

Par Raymonde Reznikov

2809110081.jpg

« Chemtrails » dans le ciel de Montségur

Chaque matin, entre 9 et 10 heures, des avions qui viennent de décoller de l’aéroport de Blagnac en direction du sud, passent au-dessus de Montségur. Si je me trouve à l’extérieur, je les entends, mais jusqu’à présent, je n’avais jamais eu l’idée de lever les yeux au ciel pour un événement aussi banal.

Seulement voilà ! Il y a peu de temps, j’ai découvert le délire névrotique engendré par les traces que laissent parfois derrière eux les plus ordinaires de nos longs courriers. Ces traces ont reçu un nom : les chemtrails, contractions de « chemical + trails ».

 Un phénomène naturel lié aux conditions atmosphériques a inspiré des charlatans qui exploitent la crédulité d’un public épris de merveilleux apocalyptique de pacotille.

Voici illustrées par quelques photos prises depuis ma fenêtre, quelques remarques bien ciblées glanées sur le net, à propos de cette nouvelle théorie du complot

Je tiens à préciser, que dans mon enfance, j’ai toujours vu les avions laisser des traces dans leur sillage….. traces qui parfois restaient dans le ciel longtemps après leur émission et dérivaient lentement selon le sens du vent. Personne n’aurait eu l’idée, dans les années cinquante, d’imaginer une intervention diabolique dans un phénomène aussi naturel.

 2809110111.jpg

Traînées de poudre aux yeux

Extraits d’un article de Daniel sur Hoaxbuster

 Ces traces dans le ciel… Ne serait-ce pas la preuve que les militaires tentent de vous empoisonner ? Ou n’est-ce qu’une théorie du complot de plus

Depuis 2005 le sujet revient régulièrement sur HoaxBuster. A en croire le site chemtrails-France.com, les militaires répandraient en toute illégalité des produits chimiques à l’aide des avions qui sillonnent le ciel. Le pire est que ce projet secret serait financé illégalement par vos impôts. Vous en doutez ? Et bien levez donc les yeux un jour de beau temps et vous verrez ces traînées blanches qui zèbrent le ciel d’azur, preuves indiscutables de la réalité de ce programme. Et comme on dit : il n’y a pas de fumée sans feu. Alors ? Vérité ou vaste fumisterie ?

2809110131.jpg

Un peu d’histoire

La théorie des chemtrails – « chemical«   « trails« , littéralement traînées chimiques - est apparue aux Etats-Unis en 1996 peu après la publication d’une étude de l’Université de l’Air intitulée Le climat comme un multiplicateur de force: posséder le temps en 2025.

Dès lors, les chemtrails ont été définis comme des traînées de produits chimiques répandues dans l’atmosphère pour modifier le climat. Elles seraient plus persistantes que les traînées de condensation habituellement laissées par  les avions et remonteraient au début des années 80.

Par la suite, à la théorie de la modification du climat s’est ajoutée celle du contrôle des populations par la manipulation mentale ou l’affaiblissement des défenses immunitaires.

Ça saute aux yeux ?

Les chemtrails seraient visibles quand le ciel est dégagé, ce qui, en soi, est assez évident. Mais encore faut-il, que certaines conditions soient réunies. A savoir :

-Juste avant un jour pluvieux ou orageux ;
-Après une longue période de pluie ;
-Au lever du soleil en hiver ou au coucher du soleil quelle que soit la saison ;
-Et toujours le jour, jamais la nuit.

Et surtout, il faut qu’un avion soit passé

Lire l’article complet sur :

http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/chemtrails

2809110171.jpg

La conclusion de son auteur

Au final, qu’avons nous ? Autant le dire, rien. Un plan ultra secret dont, par définition, personne n’a jamais entendu parler, conçu dans un but nébuleux dont on n’est même pas sûr qu’il soit contraire à l’intérêt de l’humanité,  et dont l’existence n’est attestée que par l’observation de phénomènes pour lesquels il existe une explication parfaitement rationnelle. Mais pourquoi s’embarrasser de la vérité quand il suffit d’affabuler ? Nul besoin de démontrer qu’on a raison puisque ce sont les autres qui mentent ou sont complices du complot…

2809110181.jpg

Quelques commentaires relevés sur le forum du blog des « Enculuminés »

(Admirons le nom du site au passage)

1) par Anonyme le 26 mai 2009

C’est un HOAX les chemtrails !
Faites un peu de physique et vous comprendrez.
arrêtez de voir des complots partout et concentrez vous sur les vrais conspirations.
Cela me fait penser à un autre HOAX qui disait que les cadavres ne se décomposent plus parce qu’on bouffe trop de conservateurs !! tout le monde à gobé.

 2809110601.jpg

2). Par Dlaurent, le 24 avril 2010

Puisque chacun peut apporter un avis là-dessus, voici le mien :
Tout ce que vous dites est faux et archi-faux et oui, la théorie des chemtrails est bien un hoax (canular)
Des traînées qui durent plusieurs heures en s’élargissant, ça n’existe pas ! Ce ne sont que des racontars que vous diffusez pour vous foutre la trouille les uns les autres…Ou peut-être des images de contrails que vous repassez au ralenti pour faire croire que ça dure des heures, mais l’autre a bien raison : commencez par étudier les lois de la physique, l’aérologie, l’aérodynamique, les bases de l’aéronautique ainsi que la météo… Vous verrez que vous ressemblez à de braves ignorants ! Personnellement je scrute le ciel régulièrement et je n’en ai jamais vu…, mon avis est donc aussi basé sur mes propres observations. Arrêtez de regarder au dessus de vos têtes en pensant systématiquement au pire, allez plutôt visiter les bases aériennes de vos régions, des « portes ouvertes » y sont régulièrement organisées, posez-y vos questions sur vos craintes et vos peurs, sur ces soi-disant chemtrails, mais surtout, surtout : renseignez-vous avant de divulguer cette théorie paranoïaque !

Par exemple, les traces en quadrillages dont vous avez tant peur ne sont que le résultat des passages successifs voire croisés de nos avions « AWACS » . Leur technique de surveillance les oblige à ratisser le ciel avec des trajectoires dites « en hippodrome » et ils disposent de moteurs surpuissants sans commune mesure avec ceux du Boeing 707 qui compose la base de sa cellule.
D’où sans doute leur traces caractéristiques et tenaces car condensant d’avantage d’humidité à des altitudes peu communes. Par ailleurs ses soutes sont garnies de grosses bonbonnes de différents gaz, certains réfrigérants car leur système radars étant de gros consommateurs d’énergie le nécessite, et d’autres sont des gaz neutres qui servent à améliorer la propagations des ondes dans les systèmes de guides d’ondes propres à la détection radar
.
Tous les avions équipés de systèmes radars à grande portée (il n’y a pas que l’awacs) sont obligés de se doter des ces réserves de gaz et pour les mêmes raisons, mais en aucun cas il s’agit de gaz d’épandage !!!

Le site Chemtrails-france.com ne fait qu’avancer une théorie en apportant une foultitude de détails (bien cousus certes) mais absolument sans aucune ombre de preuve sur cette théorie, puisque chaque photo peut non seulement s’interpréter comme on le souhaite (en voyant des bonbonnes de gaz embarquées par exemple) ou peut très bien être retouchée afin de dévier ou orienter les avis, mais je le répète absolument aucune preuve ! Je ne m’étalerais pas sur mes formations pour vous avoir exposé tout cela mais vous constaterez que mon message ne constitue nullement une attaque perso mais tend à vous faire ouvrir les yeux et l’esprit pour de vrai cette fois-ci ! J’espère juste recevoir un minimum de respect en retour, je veux dire par là que je sais très bien que je ne convertirais personne à mes explications alors il est inutile de jouer de virulence envers moi dans vos réponses…
Mon dernier conseil : cessez de croire aveuglément ce qui peut circuler sur internet, il n’y a pas pire moyen d’information quand ce n’est pas de la désinformation ou du canular.
Cordialement

 

. http://mahamudras.blogspot.com/2009/05/chemtrails-encore-un-aveu.html

 

xtel0151.jpg

Voir aussi

 

 http://forums.futura-sciences.com/astronautique/176454-chemtrail.html

xtel0161.jpg

Photos en grande taille sur l’album « Chemtrails »

n1453665294947338358248.jpg

De Pluto Chien

Commentaire de Djedge le Faydit sur Facebook:

293623249805357226112805435962976139180248806n.jpg


Vivre en 2011

« Nous vivons une époque moderne »

Par Plutochien

Flo, une de mes tendres, douces, belles et charmantes amies de Facebook, m’a envoyé ce matin, cette petite constatation. Elle doit certes voyager sur le net et faire le tour du monde, mais malheureusement, nous n’en connaissons pas l’auteur….

Cela étant, qu’il soit remercié de sa perspicacité…

La vie de tous les jours…

 

microondes.jpg

 

Tu t’aperçois que tu vis en 2011 quand :

1. Par accident, tu tapes ton mot de passe sur le micro-onde ;

2. Ça fait des années que t’as pas joué au solitaire avec des vraies cartes ;

3. T’as une liste de 15 numéros de téléphone pour joindre une famille composée de 3 personnes ;

4. T’envoies un mail à ton collègue qui a le bureau juste à côté du tien ;

5. T’as perdu le contact avec tes amis ou ta famille parce qu’ils n’ont pas d’adresse e-mail;

6. Tu arrives chez toi après une longue journée de travail et tu réponds au téléphone comme si tu étais encore au bureau ;

7. Tu fais le zéro sur ton téléphone de la maison pour prendre la ligne ;

 solitairepc.jpg

8. T’es au même poste de travail depuis 4 ans mais t’as déjà travaillé pour trois entreprises différentes ;

10. Toutes les pubs télé ont une adresse Web en bas de l’écran ;

11. Tu paniques si tu sors de chez toi sans portable et tu fais demi-tour pour le prendre ;

12. Tu te lèves le matin et la première chose que tu fais c’est d’allumer ton ordinateur avant même de prendre ton café ;

14. T’es en train de lire ce texte et tu acquiesces et souris ;

15. Encore pire, tu sais déjà à qui tu vas renvoyer ce message ;

16. T’es trop occupé pour t’apercevoir qu’il n’y a pas de numéro 9 dans cette liste ;

17. A l’instant, tu viens de re-parcourir le message pour vérifier qu’il n’y avait pas de numéro 9 dans la liste… mais tu n’as pas remarqué qu’il n’y avait pas de 13 non plus…

741361453480224351145366529410165843697314n.jpg

ALORS, SUIS CE CONSEIL
Lorsque ton travail t’ennuie, que tu es au bord de la dépression, que vraiment plus rien ne va comme tu le voudrais au travail,

Fais ceci : en sortant du travail arrête-toi à la pharmacie, achète un thermomètre rectal Johnson & Johnson (seulement cette marque-là) ouvre la boîte du thermomètre rectal et lis les instructions.
Tu trouveras cette phrase quelque part :

« Chaque thermomètre rectal Johnson & Johnson a été testé personnellement à notre usine ».
Alors, maintenant, ferme les yeux et répète 5 fois à voix haute :
je suis heureux[se] de ne pas travailler au contrôle de la qualité chez Johnson & Johnson.

ET VOILÀ, ÇA Y EST, TU RIGOLES…
Allez, renvoie ceci à tes amis, t’en meurs d’envie !!!

Et rappelle-toi toujours qu’il y a des jobs plus… merdiques que le tien…

Note:

La photo du micro-onde et le dessin humoristique proviennent du site:

Images et photos drôles d’informatique et d’ordinateurs

http://www.villiard.com

 

 

 


De Carnac à Shambhala

De Shambhala à Carnac ?

Présenté par Raymonde Reznikov

img042.jpg

Portrait de Nicholas Roerich par Svetoslav Roerich

 

Entre 1924 et 1929, le peintre Nicholas Roerich (1874 – 1947) parcourut diverses contrées de l’Asie Centrale.  L’expédition, à but scientifique, financée par le Roerich Museum de New-York, était dirigée par l’orientaliste Georges de Roerich, fils de Nicholas. En 1930, celui-ci publia le récit des aventures extraordinaires que vécut l’expédition. Dans la préface de l’édition française de son rapport , Louis Marin écrit :

«Du Tibet, Georges de Roerich rapporte un tableau scientifique de la vie et de la civilisation des nomades des Hauts Plateaux. Au cours de ses recherches, il a précisé l’existence d’un style artistique particulier aux nomades, ce style – surtout animalier – est nettement apparenté à celui des anciens Scythes et des Goths. (…)

Une découverte des plus intéressantes devait récompenser les efforts de l’intrépide explorateur. Dans le Haut Tibet et dans la région des Trans-Himalayas, Georges de Roerich a minutieusement étudié et photographié de nombreux monuments mégalithiques (cromlechs, alignements, menhirs) dont l’existence n’avait pas été signalée et dont la structure permet des comparaisons très intéressantes avec nos monuments occidentaux, notamment, ceux de Bretagne. (…)

Au cours de ces cinq années d’exploration, le professeur Nicholas de Roerich a peint près de cinq cents tableaux, dont l’ensemble se présente comme un panorama unique des régions les moins connues du grand continent asiatique. »

(Sur les pistes de l’Asie Centrale, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris 1933)

img037.jpg

Le Grand Esprit de l’Himalaya

 

Au cours de cette expédition, le peintre prit lui aussi des notes. Il les publia à son retour dans son livre, Shambhala .  En voici un extrait :

Les peuples de l’intérieur de la terre

Dans le Trans-himalaya, à une altitude de quinze mille ou seize mille pieds, nous avons trouvé plusieurs groupes de menhirs. Personne au Tibet ne connaît ses menhirs. Un jour, après une journée entière de voyage à travers les collines nues et les rochers du Trans-himalaya, nous avons vu, de loin, des tentes noires préparées pour notre camp. Au même moment nous avons remarqué, non loin dans la même direction, ces longues pierres qui ont tant de signification pour l’archéologue. Même de loin, nous pouvions distinguer la forme particulière de leur construction.

« Quelles sortes de pierres voyons-nous sur ces pentes, avons-nous demandé à notre guide tibétain.

Oh, répondit-il, ce sont des Doring – des pierres longues ; c’est un ancien endroit sacré. Il est très utile de mettre de la graisse au sommet des pierres. Alors les déités de l’endroit aident les voyageurs.

Qui a ainsi rassemblé ces pierres ?

Personne ne le sait. Mais depuis les temps anciens, ce district a été appelé Doring – les pierres longues. Les gens disent que des inconnus sont passés ici il y a longtemps.

img040.jpg

Emplacements des mégalithes

A travers le relief du Trans-himalaya, nous avons vu distinctement les longues rangées de pierres verticales. Ces allées se terminent dans un cercle avec trois hautes pierres au centre, l’ensemble étant orienté d’ouest en est. (…)

Lorsqu’on me demanda : « Pourquoi vous réjouissez-vous au sujet de ces menhirs ? », je répondis : « Parce que ma carte géographique des contes de fées est vérifiée. Lorsque, dans une main, à Carnac, vous tenez un bout de la corde enchantée, n’est-ce pas une joie de trouver son début dans le Trans-himalaya ? »

On peut argumenter que, peut-être, les bâtisseurs des menhirs voyageaient vers le Trans-himalaya et que le Trans-himalaya peut bien avoir été l’endroit où il se sont arrêtés plutôt que leur demeure originale. Naturellement, peut-être en a-t-il été ainsi. C’est pourquoi, moins les conclusions que nous en tirons sont définies, moins nous entretenons d’attentes, meilleur sera le futur. (…)

Mais je me réjouis du fait que sur les hauteurs du Trans-himalaya, j’ai vu l’incarnation de Carnac.

(Shambhala, traduit par M.-M. Dionne, Les éditions du IIIè millénaire, 1989).

img032.jpg

Photo prise le 22 mars 1928 lors de la découverte des alignements de mégalithes

 

Voici comment Georges de Roerich, le scientifique, décrivit la même découverte :

Le 22 mars, avec une température de  -13° C. et un vent terrible d’ouest, nous gravîmes la Lung-mar La, puis redescendant par une route que le Tachi Lama suivit dit-on pendant sa fuite en 1923, nous arrivâmes dans une vallée où nous attendait une découverte du plus vif intérêt.

A l’endroit appelé Do-ring (Do-ring signifie « longue pierre »), situé à environ trente miles au sud du grand lac salé de Pangong tsho-tcha, nous trouvâmes un alignement considérable formé de dix-huit rangées de dalles de pierre, posées droites. Chacun de ces alignements est orienté de l’Est à l’Ouest et terminé à son extrémité occidentale par un cromlech ou cercle de pierres consistant en plusieurs « menhirs » rangés en un cercle plus ou moins parfait. L’intérieur du cercle est occupé par plusieurs « menhirs » ou obélisques grossiers plantés verticalement en terre et devant lesquels s’élève une table de pierre ou autel plus ou moins informe. (…)

Il est intéressant de noter que presque tous les monuments mégalithiques découverts sont situés le long de la grande route des pèlerinages qui passe au sud des Grands Lacs et conduit au Mont Kailâsa, la demeure des dieux, et aux lieux sacrés de la frontière du Népal.

img041.jpg

Carte de la région des alignements

Les monuments mégalithiques découverts par l’Expédition étaient absolument inconnus de la population moderne. (…)

Le 23 mars, entre des dunes de sable encadrant le lit desséché d’un petit ruisseau, nous trouvâmes un autre groupe de monuments mégalithiques : trois menhirs entourés de dalles de pierres formant un carré ; la table d’offrande manquait devant le plus grand menhir, le sanctuaire devait être abandonné depuis longtemps. (…)

La plaine que l’on traverse en quittant ces montagnes est le fond d’une mer desséchée, ainsi qu’en témoigne la présence de coquillages fossiles.

Pour information : la plaine en question se trouve à 4000 mètres d’altitude sinon plus.

img038.jpg

Parmi les évènements marquants de cette expédition, Georges de Roerich a rapporté l’étrange apparition d’un cavalier somptueusement vêtu, porteur d’un message de mise en garde, et sa disparition subite sitôt sa mission remplie…. Son père Nicholas, pour sa part mentionne un autre type d’apparition :

Lumière dans le désert

Un énorme vautour noir fonce sur le camp.

Mais qu’est-ce que cela, au-dessus, dans les airs ? Un objet brillant, volant du nord au sud. Les jumelles sont à portée de la main. C’est un gros objet. Un côté scintille sous le soleil. Sa forme est ovale. Puis il se tourne d’une certaine façon dans une autre direction et disparaît vers le sud-ouest, derrière Ulan Davan, le col rouge de la chaîne des glaciers. Toute la caravane discute avec animation de cette apparition. Un ballon dirigeable ? Un Ebolite ? Un appareil inconnu ? Pas une vision, parce que vous ne pouvez pas avoir de visions à travers plusieurs jumelles. Puis le lama murmure : « Un bon signe. Un très bon signe. Nous sommes protégés. Rigden-jyepo lui-même s’occupe de nous ! ». Dans le désert, vous pouvez voir des choses merveilleuses et vous pouvez sentir des parfums odoriférants. Mais ceux qui vivent dans le désert ne sont jamais surpris. (…)

shambhala001.jpg

Près du ruisseau, au-dessus même du précipice, la silhouette d’un cheval se dessine vaguement dans la brume. Et quelque chose, semble-t-il, étincelle étrangement sur sa selle. Peut-être est-ce un cheval perdu par une caravane. Ou peut-être ce cheval a-t-il désarçonné son cavalier en sautant au-dessus d’un abîme. Ou peut-être est-ce un cheval abandonné parce qu’il était faible et sans force, et qui cherche maintenant son maître.

Ainsi parle le mental, mais le cœur se souvient d’autre chose. Le cœur se souvient que, de la grande Shambhala, depuis les belles et hautes montagnes, à l’heure prédestinée, descendra un cheval solitaire et, sur sa selle, au lieu du cavalier, brillera le joyau du monde : Norburinpoché – Chintamani – la pierre miraculeuse qui doit sauver le monde.

Ce temps n’est-il pas venu ? Le cheval solitaire ne nous apporte-t-il pas le Joyau du Monde.

(Gantok, 1928)

img039.jpg

 

Bibliographie

Georges de Roerich : Sur les pistes de l’Asie Centrale

Texte français de M. de Vaux-Phalipau ; préface de Louis Marin

Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1933

Nicholas Roerich : Shambhala

Traduction Marie-Andrée Dionne

Les Editions du IIIè millénaire, Sherbrooke (Québec) 1989

Illustrations

Nikolay Roerich

Aurora Art Publisher, Leningrad, 1976

Cartes

Zhonghua Renmin Gongheguo Fen Sheng Dituji

Ditu Chubanshe

Zhongguo Beijing (Pékin, 1971)

 


Rentrée à la Une

Dans le ciel de septembre

 Sélection

Par Raymonde Reznikov

2820622308170002872641000007689794825970754711180n.jpg

 

Illuminations de Jean-Pierre Luminet

Illuminations, Cosmos et esthétique

Odile Jacob, 2011

(23,90 E.)

Entretien avec Jean-Pierre Luminet dans Sciences et Avenir n° 775 (Septembre 2011)

Extrait :

S. A. : Pourquoi «Cosmos et esthétique » en sous-titre ?

J-P. L : Peut-être est-ce une illusion de croire que l’Univers est beau. Mais en physique fondamentale, ce sont souvent les modèles mathématiquement élégants qui tiennent la confrontation avec les données expérimentales. J’ai toujours voulu chercher l’ordre caché de l’Univers et le mettre en équations, en musique et en poèmes… On en saura toujours plus, mais l’Univers restera indéfiniment mystérieux.

25977100789423290023100000768979482196393660436n.jpg

Pour information :

Mercredi 21 septembre 2011, Université de Toulouse-Le Mirail : Conférence de Jean-Pierre Luminet « Le Poète et l’Univers ». Conversation-débat ouverte à tous, autour des relations entre poésie et science, poètes et savants.

Le Poète et l’Univers

www.fabula.org

2332122.jpg

Dans ce même numéro de Sciences et Avenir :

L’événement : Pourquoi les Twins Towers se sont effondrées

Fondamental : L’excitation augmente autour des bosons

Le Dossier : La vérité sur le bio

Décryptage : Comment déterminer l’origine d’une photo numérique

 

455.jpg

La Recherche n° 455

Le magasine consacre son numéro de septembre à :

Un nouveau monde quantique

 

496pmseptembre2011.jpg

Ciel et Espace n° 496

Exploration des astéroïdes à la Une

La planète Mars (qui ne nous apparaîtra jamais aussi grosse que la lune) va traverser l’amas ouvert dit « la crèche » à partir du 30 septembre.

Et comme toujours de magnifiques photos

 

done20110824162523pls2011septembre407fupls407couv175.jpg

Pour La Science n° 407

Des effets quantiques dans ses objets macroscopiques
La théorie quantique ne concerne pas seulement les électrons et les atomes. Elle s’applique aussi à plus grande échelle : aux oiseaux, aux plantes, voire aux humains.

Bonne rentrée

 

 

 

 

 


Articles plus anciens

Laïcité ???

Le nombre onze

11/11 à 11h11 ?

Les Pléiades

Demain, les bûchers

Le Cosmos et le Lotus

Chemtrails

Vivre en 2011

De Carnac à Shambhala

Rentrée à la Une

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire