Saladin à Jérusalem

 

2 octobre 1187

 Saladin, le Kurde maître de l’Egypte et de la Syrie, entre dans la ville de Jérusalem dont il faisait le siège depuis le 20 septembre.

« Cependant il débarrassa la ville de tous les Francs, lesquels furent déportés à Tyr et à Tripoli, de sorte qu’il n’en restait plus un seul à Jérusalem. »

(Haïm Harboun, Maïmonide : Pourquoi l’Egypte)

Saladin à Jérusalem dans Histoire 250px-saladin1-246x300

Un nouveau Cyrus, inspiré par son médecin Maïmonide

René Grousset dans Histoire des Croisades cite le témoignage de témoins des deux forces en présence :

« Au cours d’une scène dramatique que nous décrit Ibn al-Athîr, la grande croix dorée que les Francs avaient élevée au haut du dôme de la Qubbat al-Sakhra, fut abattue devant toute l’armée de Saladin et aussi devant la population franque qui partait pour l’exil.

« Quand la croix tomba, toute l’assistance, tant les Francs que les musulmans, poussa un grand cri. Les musulmans criaient : Allah est grand ! les Francs poussaient un cri de douleur. Ce fut une clameur si grande que la terre en fut comme ébranlée…

Le rôle des chrétiens orientaux

A en croire l’histoire des patriarches d’Alexandrie, citée par René Grousset :

« La plus grande partie de la population de Jérusalem se composait de chrétiens grecs ou melkites, qui portaient une haine mortelle aux Latins. Saladin chercha à tirer parti de ces dispositions. Il avait alors auprès de lui un chrétien melkite nommé Joseph Batit, qui était originaire de Jérusalem. C’était son homme de confiance, il s’en servait dans ses relations avec les princes chrétiens dont le melkite connaissait parfaitement les divers intérêts. Dans cette circonstance Saladin envoya Joseph Batit aux Melkites de Jérusalem pour les engager à lui ouvrir les portes de la ville. Les Melkites le promirent. Ils formèrent même le dessein d’égorger tous les Francs. Ce fut alors que les chefs francs effrayés se hâtèrent de capituler. »

Il ne faut donc pas s’étonner si l’Eglise romaine ne se précipite pas au secours de ses frères orientaux aux prises avec les descendants de ceux qu’ils ont aidés.

Et René Grousset enfonce le clou :

L’Eglise grecque orthodoxe, bénéficiaire de la perte des Lieux Saints par les Francs

L’expulsion des Latins hors de la Ville Sainte profita à l’élément grec et à l’élément juif (…)

L’empereur Isaac l’Ange envoya en ce sens à Saladin une ambassade de félicitations (…)

Sans doute les félicitations adressées par l’Isapostole au champion de l’Islam victorieux étaient-elles intéressées, puisqu’il s’agissait d’obtenir pour l’Orthodoxie grecque les privilèges dont avait pendant quatre-vingt huit ans bénéficié l’Eglise romaine aux Lieux Saints. Il n’en est pas moins vrai que depuis juillet 1099 l’opinion byzantine, sinon la cour impériale elle-même, n’avait cessé, dans sa jalousie envers les Latins, de faire secrètement des voeux  pour leur défaite. « Plutôt l’Islam que Rome à Jérusalem ! » pensaient les Byzantins du douzième siècle ; de même ceux du quinzième siècle à l’union avec Rome préfèreront l’installation du Turc à Byzance.

saladin.3-300x210 dans Histoire

Les Juifs bénéficiaires de la ruine de la colonie franque.

Appel d’une immigration juive en Palestine par Saladin

Témoignage de Rabbi Judah Al-Harizy (cité par Haïm Harboun) :

«Le sage et vaillant chef d’Ismaël, après avoir pris Jérusalem, fit proclamer par toute la contrée qu’il recevrait et accueillerait toute la race d’Ephraïm de quelque part qu’elle vint. Aussi, de tous les coins du monde, nous sommes venus y fixer notre séjour et nous y demeurons heureux à l’ombre de la paix. »

Dans un autre passage de sa chronique, ce contemporain de Maïmonide ajoute :

« J’ai quitté l’Egypte pour la Terre Sainte (…) J’ai rencontré un coreligionnaire qui me dit :

Je devine que tu habites la diaspora, dans un pays étranger.

Je lui répondis :

-         C’est tout à fait vrai.

-         Je voudrais te poser une question.

-         Pose toujours

-         A partir de quel moment tant de Juifs sont-ils venus habiter cette ville ?

-         Le jour où elle fut conquise par les Ismaélites, les Juifs l’ont envahie.

-         Pourquoi les Juifs ne l’habitaient pas auparavant ?

-         Parce qu’ils disaient que nous avons tué leur dieu et que nous les avons humiliés ; et si on avait osé y pénétrer, on aurait été tué sur le champ.

-         Mais quel est le motif de votre venue ici ?

-         L’Eternel ne permet pas l’iniquité et il nous a pris en pitié. L’Eternel s’est dit : Il n’est pas bon que les fils d’Esaü (les chrétiens) héritent du lieu où réside ma sainteté alors que les fils de Jacob en sont chassés ! L’Eternel suscita un libérateur en la personne du roi des Ismaélites en l’an quatre mille neuf cent cinq de la création. »

541843_10200355279555862_95293694_n-208x300

Bibliographie :

René Grousset, Histoire des Croisades, Plon 1935 et Perrin 1991

Haïm Harboun, Maïmonide : Pourquoi l’Egypte, Editions Massoreth, 1997

Voir aussi:

http://akhsahcalebunblogfr.unblog.fr/2012/12/04/rome-et-jerusalem/

http://akhsahcalebunblogfr.unblog.fr/2012/12/13/benjamin-de-tudele-a-jerusalem/

 


Autres articles

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire