Idolâtrie

 

Idolâtrie dans Culture img084

« et bientôt hélas ! Le Judaïsme eut encore la douleur de voir naître dans sa famille, un bâtard d’Adonis le chanenéen qu’on lui présentait comme le fils de ses œuvres »

De l’idolâtrie chez les Anciens et les modernes est une étude publiée en 1850 à Paris.

Son auteur est F.-V Vincent.

En voici quelques extraits significatifs :

Assujettissez-vous aux règles de la plus austère vertu ; concevez encore de la divinité l’idée la moins indigne de sa grandeur et de ses perfections, l’enfer sera votre partage dans une autre existence, si vous n’avez pas reçu, avec les misères de celui-ci, la grâce de pouvoir croire tout ce que l’Eglise romaine enseigne, savoir :

que Dieu, pur esprit, est composé de trois personnes bien distinctes, quoique le même que l’être corporel, un et indivisible, révélé par des Juifs ;

 que Jésus crucifié, qui est un mensonge scandaleux pour ces Juifs et une folie pour les autres, est son fils consubstantiel, vu de son œil, intelligence de son âme, et son égal en toute éternité, le Dieu inconnu, suprême, ineffable, soupçonné par Platon et attesté par saint Paul ;

que, suivant quatre évangiles aussi inconciliables entre eux qu’avec la révélation mosaïque et la certitude de l’histoire, ce fils co-éternel de Dieu, seconde personne du père céleste, a été engendré, non psychologiquement, mais réellement en corps, par une troisième, dite le Saint-Esprit, qui procède des deux autres ;

qu’il est aussi fils d’homme descendant et héritier d’un roi, David, né de son sang (Act. Ap.) par Hélie et par Jacob, l’un et l’autre pères de Joseph, suivant ses deux généalogies de rois (selon la chair) et de prophète (selon l’esprit), et admettre encore, de par l’autorité de ces évangiles, qu’il est né sous le règne d’Hérode et lors du recensement fait par Cyrénius ;

que cet homme-Dieu, issu des reins de David et conçu corporellement par le pur esprit, son égal en Dieu, est le premier né d’une Vierge charnelle ;

que Dieu ainsi incarné a été circoncis (du superflu de la nature), lavé des souillures originelles et sanctifié, en outre, par le Saint-Esprit qui l’avait formé, métamorphosé à ces effets en colombe (esprit céleste, qui éclaira aussi Mahomet) ;

que ce verbe en Dieu, dès le commencement, le principe de toutes choses, créateur sans lequel rien n’a été fait, et souverain arbitre des destinées, quoiqu’il ne puisse rien de lui-même (selon saint Jean év.) n’est pas venu de son plein gré, mais qu’il a été envoyé sur terre par la première personne de lui-même, pour rectifier une erreur vieille de 4.000 ans, à laquelle le déluge n’avait pu remédier ;

combattre enfin un démon, sa créature, devenu mauvais et opiniâtrement nuisible, en dépit de sa prescience et de sa volonté souveraine ;

que, pour améliorer le sort des hommes qui ne dépendait que d’elle, sa toute-puissance a dû s’offrir comme rançon à son ennemi, souffrir beaucoup, et même être attachée à un gibet par le peuple de prédilection du seul et vrai Dieu qui lui recommande (dans Deutér.) de faire périr tout imposteur qui abuserait de son nom, quand même ce fourbe appuierait sa mission par les plus grands miracles ;

que néanmoins, ce Dieu crucifié est descendu aux enfers, a été ressuscité et est ensuite monté aux cieux, sous la forme humaine portant les marques de son supplice ; qu’en cet état, la deuxième personne de son unité, qui est un avec son père et son Dieu, est retournée en haut vers son égal qui est au ciel, sur la terre et en tous lieux, s’asseoir à la droite de ce pur esprit qui est partout dans l’infini comme lui-même, et en y joignant encore sa mère, qui n’avait rien de commun avec lui ou eux ;

que de là, partout, ce Dieu sauveur, qui n’aurait pu vaincre la malin esprit si bien maîtrisé par Michel et Raphaël, au temps des prophètes, viendra à la fin du monde, que Dieu a établi à perpétuité et avec un ordre qui ne finira pas (dit le Psalm.) ; qu’il en descendra sur un nuage, avec plein pouvoir, cette fois, de dompter le persécuteur des hommes, et même de l’obliger à tourmenter plus cruellement et à toujours ceux qu’il voulait racheter, mais à qui il n’aurait pas accordé la grâce de comprendre les énigmes et les logogriphes, ainsi proposés en son nom, de peur qu’en les comprenant on ne vienne à repentance et à conversion, dit saint Mathieu (XIII, 10 à 16) ; et que de crainte qu’en se convertissant les péchés ne soient pardonnés, ajoute saint Marc (IV, 12,14).

On lit dans la deuxième épître de saint Paul aux Corinthiens, ce verset du chapitre XI :

« Cela n’est pas étonnant ; car Satan lui même se déguise en ange de lumière. »

Note de F-V. Vincent :

« Si Satan, à qui l’Eglise fait honneur de tant de révélations, voulait empêcher d’adorer Dieu, il ne saurait imaginer rien de plus avilissant pour le souverain maître du monde. »

24161_1319054255496_1204954746_30931983_4898426_n dans Symbolisme

Et en guise de conclusion ces extraits de l’avant-propos :

C’est en n’acceptant que le sens littéral de sa tradition que l’Eglise d’Occident a livré son berceau à l’Islamisme, et en consacrant l’absurde qu’elle est divisée contre elle-même, qu’elle provoque le scepticisme et enhardit l’athéisme. (…)

Note relevée page 222 :

« Lorsque l’école graeco-latine fonda l’Eglise d’Occident sur une si puérile interprétation des ingénieuses allégories de l’Orient, Mahomet n’avait plus qu’à se présenter pour achever l’œuvre des Sapor. »

En donnant corps à la parole de l’intelligence divine, et l’entourant des caractères symboliques des idoles qu’il avait renversées, le christianisme demeure sans autre effet que de dégrader la majesté divine et d’arrêter l’essor des idées religieuses vers le souverain arbitre des destinées. (…)

Repoussé par la grossièreté de formes renouvelées du paganisme, celui qu’inspire une piété sincère autant qu’éclairée, s’éloignera toujours plus d’un culte qui répugne à son intelligence et d’autant qu’il rabaisse la grandeur de l’Eternel.

1763_fesses

Michel-Ange: Chapelle Sixtine

 


Autres articles

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire