Un OVNI dans l’Ariège

Météorites

Par Pluto Chien

Les météorites sont à la Une de l’actualité dans l’Ariège.

Dans la nuit du 2 août, l’une d’elles a créé une perturbation  entre Toulouse et Perpignan.

« Ainsi nous avons la clé de l’énigme sur le corps céleste qui a traversé le ciel de l’Ariège mardi matin à 3 h 30. C’était bien une météorite et non un OVNI. « 

(La Dépêche du 6 août 2011)

sipa00593080000003.jpg

La météorite du 19 juillet dans le ciel de Bretagne (fancesoir.fr)

Futura-Sciences a consacré un article au céleste visiteur:

Nous vous l’annoncions hier, une (probable) météorite s’est consumée de façon spectaculaire dans l’atmosphère sud de Toulouse le mardi 2 août vers 3 heures 30 du matin, sous le regard médusé de quelques vacanciers noctambules. Ce spectacle fait suite à celui qu’ont connu les Bretons quinze jours plus tôt. Une fréquence qui n’a rien d’anormal mais qui s’explique par la saison propice aux promenades nocturne sous le ciel étoilé.

Forums d’astronomie et journaux commencent à rapporter des témoignages intéressants. La Dépêche cite l’observation d’un agent de sécurité de l’aéroport militaire de Blagnac qui évoque le passage silencieux d’un « gros objet vert » suivi une trentaine de secondes plus tard d’une détonation. Autre témoignage précieux, celui d’un campeur hollandais actuellement à Aigues-Vives et habitué à contempler le ciel nocturne : il parle d’une boule très lumineuse et très rapide qui s’est brisée en quatre ou cinq morceaux et donne sa trajectoire avec précision.

En compilant les différents témoignages disponibles pour le moment, nous avons dressé une première carte (ci-dessous) qui indique la position des observateurs et la direction de l’observation que certains ont pu fournir.

carte.jpg

Première carte des observateurs du bolide qui a traversé le ciel du Sud-Ouest de la France la nuit du 1er au 2 août. © J.-B. Feldmann

 

En l’honneur de cette insolite voyageuse voici une nouvelle inédite de Maurice Magre, publiée pour la première fois dans le catalogue de l’exposition de livres rares et de manuscrits, à la librairie Au Coin des Temps à Montségur, en avril 1986.

montsegur20929hommageamauricemagre.jpg

Sur le sentier qui monte à Montségur: Maurice Magre

Le double des aérolithes

Beaucoup de secrets sont transmis par hasard et ceux qui les transmettent sont des personnages ignorants qui souvent ont vu des choses merveilleuses sans savoir qu’elles étaient merveilleuses.

Il y avait il y a quelques années un homme qui venait offrir à domicile des curiosités d’Orient, de la soie, des objets en ivoire, qu’il vendait à vil prix, du moins il le disait, parce qu’il les avait achetés et rapportés lui-même, en les passant en contrebande. Je le questionnai plusieurs fois sur les beautés de la nature qu’il avait été à même de voir, notamment des forêts sauvages de l’Indo-Chine. Pressé de questions, il finissait par répondre.

En somme, c’est comme ici.

Et si ensuite je lui demandais des renseignements sur les Célèbes et sur Bornéo qu’il avait habité, il disait encore, avec un geste qui embrassait le paysage parisien

C’est comme ici.

Un jour qu’il était venu me voir et qu’il avait ouvert devant moi son sac de voyage, je lui demandai d’où provenait une pierre noirâtre et informe qui se trouvait entre différents bibelots.

meteorite.jpg

Météorite (Ciel et Espace)

 

 Cette pierre a une grande valeur, me dit-il, et vous le comprendrez quand vous saurez son origine. Elle est céleste. Elle est tombée du ciel. Je vais vous dire comment elle est venue en ma possession.

J’étais dans le Siam à Bangkok. Les affaires étaient mauvaises d’une façon persistante. J’avais, je ne sais comment, fait la connaissance d’un homme du pays qui se disait prêtre, bien qu’il n’eût aucun rapport avec les curés de chez nous. Là-bas on a l’habitude de mettre à l’entrée des pagodes, pour les garder, des géants de pierre avec un bâton, en pierre aussi, qui doit servir à éloigner les voleurs. Il paraît que, grâce à ces gardiens, on ne vole jamais rien.

Mon nouvel ami me montra devant une pagode, deux géants un peu plus petits que les autres et il me dit qu’ils avaient été taillés tous les deux dans ce genre de pierre qui tombe quelquefois du ciel et qu’on appelle aérolithe. Il ajouta que cette chute donne à la pierre un caractère sacré et la rendait précieuse.

L’état de ma bourse était si misérable que je vis là la possibilité d’une affaire de petite envergure mais suffisante pour m’aider momentanément.

Profitant du sommeil qui frappe tout l’Orient pendant l’après-midi, j’allai m’asseoir, muni d’un outil, auprès d’un des géants, celui qui était à droite de la porte, et je détachai un fragment de son pied. Un fragment ordinaire que je ne pouvais malheureusement faire authentifier par aucune pièce d’identité. Le soir, j’errais au hasard et, sans y penser, j’atteignis les faubourgs de Bangkok. De la vase, des terrains vagues, le même genre qu’ici.

N’ayant rien à faire, je m’assis sur le sol. Et au bout de quelques minutes j’eus une étrange impression. Je n’étais plus seul. A droite et à gauche de moi se tenaient les deux géants.

L’expression de leur visage qui est déjà terrible l’était encore davantage. Ils allaient et venaient de façon menaçante et je remarquai qu’il y en avait un qui boitait. Cela me causa d’abord une certaine émotion. Mais je me suis toujours refusé à croire au surnaturel et ce n’est pas parce que je voyais une chose de mes yeux que j’allais changer d’opinion. Puis je remarquai que les géants étaient légèrement transparents et en quelque sorte fluides. Ce qui ôtait toute importance à la menace de leur bâton de pierre.

A la fin, je me levai et je rentrais dans Bangkok.

Je rencontrai l’homme de ma connaissance qui se disait prêtre et qui, en somme, devait l’être. Je lui demandai :

Qu’est-ce que vous voyez derrière moi ?

Il me répondit sans hésiter :

Je vois deux géants faits de la pierre tombée du ciel. Je les rencontre presque tous les soirs. Ils vont et viennent. Mais s’ils vous suivent c’est qu’ils ont une raison.

Alors je lui demandai si tout le monde les voyait. Il me dit que non et que même il n’y avait pas beaucoup de gens qui en étaient capables. Je possédais une qualité que je devais cultiver. Je le questionnai pour savoir quels avantages cela me procurerait.

Aucun me dit-il

Et je lui demandai encore, mais en souriant, si j’avais quelque chose à craindre des géants.

Absolument rien.

Ce n’était, d’après ce prêtre, que des apparences, des formes inconscientes. Les pierres dont ils étaient sculptés venaient d’un autre monde et possédaient des doubles sans analogie avec tout ce qu’il y a sur la terre dans cet ordre d’idées. Toutes les pierres tombées du ciel avaient des doubles.

Dans le cas actuel, ajouta cet homme, je ne serais pas étonné que ces géants ne subissent l’attirance d’une petite partie d’eux-mêmes qui leur a été dérobée.

Il m’était arrivé, dans des circonstances très difficiles, de ne pas rendre ce qui ne m’appartenait pas, à des hommes bien vivants et qui étaient de ma race. Je n’allais pas restituer un morceau de pierre à cause de géants transparents et inoffensifs et d’un soi-disant prêtre Siamois. J’ai gardé cette pierre tombée du ciel et, du reste, personne n’a jamais voulu me l’acheter.

 Je fus tenté de dire à mon interlocuteur que son prêtre Siamois n’était pas le seul à attribuer aux pierres tombées du ciel une puissance de se dédoubler que n’avaient pas les pierres terrestres. Je ne sais plus quel auteur avait mentionné dans un temple de Sicile l’existence d’un aérolithe qui portait des caractères inconnus dont le sens passait pour divin mais demeurait indéchiffrable. D’après ce récit, ceux qui avaient vu cette pierre étaient accompagnés par son image en quittant le temple. Ils continuaient à voir le double de la pierre.

 Ce qui est fâcheux, me dit encore le marchand de curiosités orientales en fermant sa valise, c’est que rien ne distingue cette pierre des autres pierres. Pourtant elle est tombée du ciel. Il faut croire que ce qui est là-haut est comme ce qui est ici.

                                                                                            Maurice Magre

bangkok.jpg

A Bangkok (photo holidaysqueeze.com)

.

 

 


Autres articles

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire