Pentecôte

Un recyclage

Par Raymonde Reznikov

pentecote.jpg

(escargotdebourgogne.over-blog.com)

En grec, πεντήκοντα, pentékonta, veut dire cinquante. C’est l’origine du mot pentecôte, le cinquantième jour après « Pâque ».

Les fondateurs du christianisme se sont sentis obligés d’inventer un événement pour célébrer ce jour, sans avoir l’air d’imiter les Juifs qui, sept semaines après Pessa’h » célébraient à « Shavouot » (les semaines) l’offrande des Prémices de la moisson et surtout le don de la Thorah au Mont Sinaï.

13923835f7e0aupieddumontsinaioumoiseauraitrecu.jpg

(lemonde.fr)

L’invention

La mention de l’événement chrétien en question ne figure dans aucun des quatre évangiles.

Les trois, dits synoptiques, se terminent par l’ascension supposée du héros juste après sa supposée résurrection. Le quatrième n’évoque rien du tout après sa partie de pêche du dernier chapitre (voir article précédent sur l’ascension).

On ne trouve rien non plus dans les multiples missives publiées sous le nom de Paul.

L’invention de la pentecôte figure uniquement, à la suite de celle de l’ascension au quarantième jour, dans les Actes attribués à Luc, un témoin à la fiabilité plus que douteuse.

Contradictions chez Luc, rappel :

Ce chroniqueur serait aussi l’auteur du troisième évangile, celui qui fait naître son héros lors du recensement de Quirinius, en l’an 6 de l’ère commune, et qui prétend ensuite que celui-ci avait 30 ans l’an 15 du principat de Tibère, c’est à dire à peine 23 ans plus tard.

D’après lui, son héros serait mort à 33 ans ce qui, si on oublie Tibère, aurait donc eut lieu en l’an 6 + 33 = 39, époque où le procurateur romain Pilate, proche de sa mort, cultivait ses salades en Gaule, du côté de Vienne où il avait été exilé.

Ce qui est né lors du recensement de Quirinius, c’est la secte de Juda le Galiléen, dont la fondation:

« fut le point de départ de toutes les catastrophes »

dixit Flavius Joseph (Antiquités, XVIII, 4-23).

C’est aussi ce Luc qui rapporte en Actes, I, 18, que le « traître » Judas, l’apôtre cette fois :

A acquis un domaine avec le salaire de son injustice et, tombé la tête en avant, il a crevé par le milieu et toutes ses entrailles se sont répandues. Tous les habitants de Jérusalem l’ont su… »

Sauf son confrère Matthieu apparemment, pour celui-ci (XXVII, 5) :

Judas jeta l’argent de sa trahison dans le sanctuaire et alla se pendre. »

Il est vrai que Matthieu n’est pas très fiable non plus puisqu’il fait commenter par le héros de la saga un événement historique qui s’est produit au moins 34 ans après sa mort et son ascension céleste : l’assassinat dans le sanctuaire d’un certain Zacharie, fils de Barachie (XXIII, 25) ; voir Flavius Joseph, IV, 5, 4.

Luc, l’auteur présumé des Actes, est ce rédacteur nul en géographie qui situe l’île de Malte dans la mer Adriatique (XXVII-XXVIII).

Egalement nul en histoire, il prétend que la révolte de Theudas de l’an 46 eut lieu avant celle de Juda le Galiléen en l’an 6 (Actes, V, 36-37).

aupieddumontsinai.jpg

(terredisrael.com)

Réponse à tout

L’invention de la fête chrétienne de la pentecôte est le sujet du chapitre II des Actes.

Douze personnes assises dans une maison remplacent les douze tribus au pied du mont Sinaï. Les langues de feu qui leur tombent sur la tête sont là pour rappeler les feux de la montagne fumante.

Le but réel de l’invention de ce pseudo-événement est d’occulter celui de la révélation du Sinaï au profit de leur nouvelle loi que les douze allumés sont chargés d’aller propager parmi les nations.

Au verset 9 de ce chapitre II, on trouve une perle assez remarquable. Il est écrit textuellement que parmi les Juifs dispersés parmi les nations, venus à Jérusalem pour Shavouot, il avait des habitants de Judée (sic).

Certains exégètes embarrassés proposent de lire à la place de Judée, soit Arménie, soit Syrie ou encore Idumée…. On se demande par quel tour de passe-passe et pourquoi ?

Il est vrai, que devant un tel amoncellement d’anomalies, d’impossibilités factuelles et de contradictions, les autorités du christianisme doivent avoir réponse à tout.

Et pour faire taire les contestations, à défaut de bûcher il reste l’anathème.

arton3174.jpg

(france2.fr)

 

 


Autres articles

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire