Karma ?

Le Karma de l’Histoire

Par Raymonde Reznikov

frmoyenorient.gif

Carte du Moyen-Orient, mideastweb.org

« Le christianisme est à nouveau la religion la plus persécutée au monde. Des chrétiens qu’on égorge çà et là, des communautés religieuses persécutées en Chine, au Bangladesh, en Inde, au Vietnam, en Indonésie, en Corée du Nord. Bref, là où les chrétiens sont minoritaires, là s’y déclenchent les haines meurtrières, surtout en pays musulmans. Sur les lieux même où le christianisme prit naissance, rayonnant jadis sur tout le Moyen-Orient, d’ancestrales manières se perpétuent : attentats, crimes, viols et tortures. En Arabie Saoudite, le culte chrétien est puni de mort. En Turquie, les anciennes communautés chrétiennes, antérieures à l’islam, sont amenées à disparaître (histoire, culture, corps et âmes). En Egypte, les coptes ; au Liban, les maronites, forcés d’émigrer en Occident. En Irak, harcèlement incessant des communautés chrétiennes jusqu’à leur disparition. Partout et en tous lieux, églises attaquées et brûlées, prêtres assassinés… »

Voilà ce qu’écrivait récemment un pasteur sur le site libertyvox.com. Et ce religieux réformé, scandalisé mit en tête de son réquisitoire une citation du supposé évangéliste Luc, un témoin aux affirmations plus que douteuses. Un Luc qui ne sait même pas qu’un bébé né sous le recensement de Quininius ne peut pas avoir 30 ans lors de la 15e année du principat de Tibère, c’est à dire 22 ou 23 ans plus tard ; un chroniqueur qui en plus se contredit dans ses divers écrits. Quelle référence!

Des chrétiens persécutés ? Il s’agit là de chrétiens orientaux, les descendants de ceux qui, il y a 1600 ans, ont voulu effacer à jamais toutes traces des autres cultes et croyances auxquels le christianisme avait tant emprunté.

Persécution

adonis.jpeg

Adonis

Voici à ce sujet un témoignage, celui écrit en 1904 par Charles Vellay, dans « Le culte et les fêtes d’Adônis-Thammouz » publié dans les Annales du musée Guimet :

La persécution, ou plutôt la véritable campagne militaire menée contre les derniers fidèles du culte d’Adonis eut lieu, à plusieurs reprises, vers la fin du IVe siècle et le commencement du Ve. Déjà Constantin avait englobé le culte d’Adonis dans les diverses pratiques païennes dont il avait ordonné l’abolition ; mais cette pratique avait été de peu d’effet, et il avait suffi du court règne de Julien pour restaurer le culte d’Adonis dans toute sa gloire.  Après la mort de Julien, (tué par un chrétien), dans les dernières années du IVe siècle, plusieurs évènements vinrent disperser et détruire les derniers vestiges du culte giblite. En 399, les évêques réunis au cinquième concile de Carthage demande à l’empereur d’ordonner la destruction des temples que les païens avaient édifiés dans des lieux déserts et dans les retraites de montagnes, notamment au Liban, et où s’étaient réfugiés les derniers mystères d’une religion mourante : Templa quae in agris in locis abditis constituta nullo ornamento sunt, jubeantur omnimo destrui. La même année, l’empereur Arcadius rend un décret où il est dit : Si qua in agris templa sunt, sine turba et tumultu diruantur ; his enim dejectis atque sublatis, omnis superstitionis materia consumetur. Ces mot sine turba et tumultu diruantur montrent combien on pouvait encore redouter quelque mécontentement populaire, et combien, par conséquent, l’amour du vieux culte local demeurait encore vivant au fond des âmes.

220pxchrysostome.jpg

Jean Chrysostome (Wikipedia)

 Jean Chrysostome

Mais c’est à Jean Chrysostome qu’il faut rapporter la brutale persécution qui eut lieu en Syrie contre les derniers cultes païens. L’historien Théodoret dit catégoriquement, en parlant du Liban et de la Syrie :

« C’est l’évêque Chrysostome qui fit abattre les temples de cette contrée païenne, n’y laissant pas pierre sur pierre. »

En effet, sous l’impulsion de Jean Chrysostome, il s’était organisé en Syrie de véritables armées de moines pillards, fanatiques et violents, analogues à ceux qui devaient, quelques années plus tard, envahir Alexandrie sous la conduite de l’évêque Cyrille et massacrer Hypathie. (…)

Peu à peu, excités par les proclamations enflammées de Jean Chrysostome, qui voyait dans cette œuvre de destruction violente une sorte de mission céleste, les moines, auxquels se joignaient les nouveaux convertis, ravagèrent et détruisirent tous les édifices qui servaient à quelque culte païen.

alexandrie12b.jpg

Alexandrie (antikforever.com)

A noter : les synagogues des Juifs faisaient également partie des édifices concernés. Il ne faut donc pas s’étonner de voir, 200 ans plus tard, les populations locales accueillir les soldats de l’Islam en libérateurs.

Les plagiats

La raison de cet acharnement destructeur ne doit rien à la spiritualité. Le véritable but était de faire disparaître pour toujours toutes traces des religions que le christianisme avait plagiées. Aux critiques formulées par les derniers philosophes païens, les pères de l’église rétorquaient que c’était le diable qui avaient plagié leurs saints mystères et leurs saintes écritures par anticipation. Cette puérile explication n’a pas convaincu le savant Charles Veullay qui, dans sa conclusion écrit :

Non seulement le christianisme a si habilement confondu ses cérémonies et ses mystères avec ceux des cultes antérieurs (…) mais encore il leur a, le plus souvent, emprunté leurs formules et leurs symboles : la résurrection du christ, les époques des fêtes chrétiennes, la concordance du mythe chrétien et des anciens mythes solaires, le sacrement du baptême, les divers symboles de la croix, de l’auréole, du poisson, etc., en somme, tout ce que l’on pourrait appeler l’architecture de la religion nouvelle a été, presque sans modification, transposé d’un monde dans l’autre.

Ajoutons à cela, le rituel des Sacées babyloniennes, source de l’épisode de la mort du héros, et la récupération du mythe des Vierges-mères, inséparables de leurs blanches colombes, et le tableau est complet.

 305091492292110279132332562213058585270912n.jpg

Photo reportage du Profesor Javaloyes

Devant des éléments aussi accablants, je voudrais qu’on m’explique pourquoi des charlatans persistent à vouloir faire croire que le héros du christianisme est un personnage historique ?

Tout se paie. « Sur les lieux même où le christianisme prit naissance », ses victimes du passé crient encore vengeance. Les persécutions d’aujourd’hui ne sont que le choc en retour des crimes de jadis ; mais les bourreaux d’aujourd’hui devront aussi un jour payer leurs forfaits.

C’est la Loi.

Revoir aussi les articles:

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2009/10/28/les-sacees/

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/2010/06/14/tammouz-et-sirius/

Et « Chrétiens d’Orient »

http://montseguraucoindestemps.unblog.fr/les-archives-dakhsah/

 

 

 


Autres articles

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire