16 mars

p1250640.jpg

 

Chaque année, le matin du 16 mars, le poète André Maynard venait déposer des fleurs sur la stèle du souvenir. Voici un de ses poèmes:

 

Nuits sur le pog

 

Revenez-vous, martyrs, dans la terrible combe,

La nuit lorsque la bise hurle, quelquefois ?…

Revenez-vous au champ des brûlés de la Foi

Fantôme bienheureux de la plus pure tombe ?

 

Ah ! j’ai connu des soirs, lorsque la brune tombe

Du farouche Tabor jusqu’au Pays de Foix,

Des soirs où l’on entend comme d’étrange voix,

Ou les doux battements d’une aile de colombe…

 

Et j’ai connu des nuits, où seul au pied du « pog »

J’entendais longuement gémir parmi les rocs

Comme des moribonds, où, saisi d’épouvante,

 

Pâle et n’osant crier j’ai vu distinctement

Des spectres par milliers dans l’âpre firmament

Enserrer Montségur d’une étreinte sanglante !…

André Maynard

 

70111007.jpg

 

 


Autres articles

Un commentaire

  1. sable du temps dit :

    les mois de mars sont souvent tragiques … la voix de l’oubli se souvient.

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire