Ebla

Ebla

Première partie

Par Raymonde Reznikov

En faisant du rangement parmi des revues, j’ai découvert récemment une coupure de journal datée du 16 septembre 1976. Habitant à l’époque dans le département de la Marne, je suppose que le quotidien en question était l’Union. L’article n’est pas signé, ou mon coup de ciseaux malheureux a fait disparaître le nom de l’auteur de l’article que je reproduis ci-dessous, le scan ci-joint étant peu lisible.

img226.jpg

Une nouvelle mine d’informations sur l’Antiquité : les 15.000 tablettes découvertes à Ebla (Syrie)

Rome, septembre (A.P.)

Des archéologues italiens de l’université de Rome, qui ont récemment mis au jour quinze mille tablettes enfouies à quatre mètres de profondeur, au sud d’Alep, estiment que désormais la Syrie antique peut être considérée dans l’histoire de la civilisation comme une rivale de l’Egypte et de la Mésopotamie.

Le professeur Giovanni Pettinato, expert en linguistique a déclaré que les tablettes couvrent une période de cent cinquante années, allant de l’an 2400 à 2250 avant J-C. Elles révèlent qu’Ebla – ville jusqu’ici brièvement mentionnée dans les inscriptions du Moyen-Orient – fut le centre d’un vaste royaume civilisé.

syrieeblaugaritmari.jpg

Pendant des dizaines d’années, ce royaume domina une région s’étendant du nord de la mer Rouge à ce qui est maintenant la Turquie, et à l’est, vers la Mésopotamie.

Le royaume d’Ebla s’est estompé dans l’histoire jusqu’à ce qu’une équipe italienne, dirigée par le professeur Paolo Matthiae, mette au jour les tablettes dont un certain nombre provient des archives du palais royal d’Ebla.

David Freedman, archéologue biblique de l’université du Michigan, qui a collaboré avec ses collègues italiens, a décrit l’importance de cette découverte en ces termes : « C’est comme si nous avions ignoré l’existence de Rome et de l’empire romain et que nous la découvrions tout à coup. »

Ces tablettes sont rédigées en une langue inconnue que les chercheurs ont appelée « éblaïte ». Elle serait parent de l’hébreu biblique qui se parlait plus de mille ans plus tard.

Parmi les tablettes les plus précieuses, il en est une qui contient un vocabulaire de mots éblaïtes et sumériens, avec explication en éblaïte , de la façon de prononcer les mots sumériens.

Les Sumériens – peuple non sémite qui occupait le sud de la Mésopotamie vers 3000 ans avant J-C. – auraient inventé le système d’écriture cunéiforme, qui fut adopté par plusieurs langues antiques dont celles des grandes cultures sémitiques qui se sont développées dans la région.

Quatre-vingts pour cent des tablettes sont des comptes rendus de transactions économiques et commerciales. Le reste concerne les traités internationaux, des rapports militaires, des textes religieux, des descriptions de rites et de sacrifices, et des récits sur la création du monde et le déluge.

eblaclaytablet.jpg

Tablette découverte à Ebla

Des noms hébreux

Le professeur Pettinato, en parcourant les photographies des tablettes, a rencontré des centaines de fois les noms d’Abraham, d’Ismaël, d’Isaie  et de Saül, et une douzaine de fois « Daudum » (David).

La mention du nom de David est significatif. Le roi David était le seul à porter ce nom dans la Bible. Jusqu’à présent, il n’existait aucune preuve absolue que ce nom ait été utilisé ailleurs dans l’Antiquité. Même le mot « hébreu » aurait un rapport avec Ebla. Les tablettes parlent d’une dynastie de six rois à Ebla. Le roi Ebruum, ou Ibrium, est celui dont l’influence fut la plus étendue.

Selon les comptes rendus commerciaux, Ebla exportait sur un vaste territoire des textiles, des métaux, du marbre et du bois. Parmi les destinataires, on trouve les sites bibliques de Hazor, Megiddo, Gaza et « Urusalim » (Jérusalem). Le Sinaï y est également mentionné. La Siya – ancien nom de l’île de Chypre – était un lieu d’exploitation du cuivre.

Sur les tablettes d’Ebla, la reine vient après le roi dans l’ordre hiérarchique. Le roi était assisté de deux princes ministres et d’un conseil des anciens.

Le troisième millénaire est l’ère des pyramides. La majorité des historiens étaient convaincus à ce jour que l’Egypte et le royaume de Mésopotamie partageaient à tour de rôle, la vaste région qui les séparait. Or les tablettes d’Ebla font intervenir une troisième puissance pour la domination des petits Etats de Palestine et de Syrie.

Une tablette fait mention d’un traité international – le plus ancien de l’histoire – entre Ebla et la ville d’Assur, au sujet de l’établissement d’une zone de libre-échange. Il contient de nombreuse clauses commerciales et juridiques, dont quelques unes ont trait au crime. Le traité stipulait qu’en cas de viol, la peine prévue était la mort, mais la femme devait d’abord prouver à deux juges masculins, qu’elle avait résisté à son agresseur.

eblaziggurat.jpg

La ziggourat d’Ebla

 

Prochaine fouilles : la bibliothèque royale

Les archéologues italiens, assistés de M. Bahnassi, directeur générale des antiquités syriennes, projettent de poursuivre les fouilles. L’an dernier, ils découvrirent seulement trois des quatre murs de la salle où était réunie la majorité des tablettes.

Un millier environ de celles-ci furent trouvées dans une autre pièce. « Après avoir découvert les archives, nous osons espérer découvrir la bibliothèque royale », déclare M. Matthiae, qui a expliqué que les tablettes – dont la grandeur varie de celle de la paume d’une main à celle d’une grande brique – avaient été entassées verticalement sur des étagères de bois. Lorsque les troupes du roi Naram-Sin d’Akkad, un grand état de Mésopotamie, conquirent Ebla en l’an 2250 avant J-C, ils pillèrent le palais et y mirent le feu. Les étagères brûlèrent, mais les tablettes d’argiles résistèrent aux flammes. Cependant plusieurs d’entre elles se cassèrent en tombant sur le sol. Le vent recouvrit les ruines de poussière. Cela devint une petite colline qui grandit au cours des siècles.

Les tablettes sont maintenant soigneusement emballées dans des centaines de caisses au musée d’Alep.

Cachez ces tablettes que je ne saurais voir !

A suivre

 


Autres articles

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire