La neige sexangulaire

La Strena ou la neige sexangulaire

Par Raymonde Reznikov

« …les flocons tombent du ciel et sont pareils aux étoiles »  (Kepler)

1807925421764304824995556304831736523004182n.jpg

Montségur le 10/01/10 vu par Laurent Crassous Photography

En regardant la neige tomber sur Montségur, j’ai pensé à un petit ouvrage, presque inconnu de Johann Kepler : La Strena (l’étrenne).

L’astronome a rédigé ces quelques pages à Prague, afin de les offrir en cadeau pour le Jour de l’An 1610, à son ami et protecteur von Wackenfels, un haut personnage de la cour de l’empereur Rodolphe II.

En décrivant la géométrie des cristaux de neige, Kepler en arrive à méditer sur la structure de la matière, structure associée à la forme hexagonale.

Voici quelques lignes extraites de La Strena, offerte il y a 400 ans par Kepler à « Monsieur l’illustre Conseiller aulique de Sa Majesté l’Empereur »

Le texte en latin a été traduit par Robert Halleux pour le C.N.R.S.. Il a été publié par la Librairie J. Vrin (Paris 1975).

1071655653.jpg

Les petites étoiles de neige

Mais trêve de plaisanteries : venons-en au fait. Chaque fois qu’il se met à neiger, il arrive régulièrement que les premières particules de neige affectent la forme d’un astérisque à six angles. Ce fait implique une cause bien déterminée. Car si cela se produit par hasard, pourquoi les flocons ne tombent-ils pas aussi avec cinq angles ou bien sept ? Pourquoi sont-ils toujours sexangulaires (du moins quand ils ne sont pas encore agglomérés en une masse confuse par diverses impulsions, mais demeurent dispersés et distincts) ?

abeilleruche.jpg

Photo mon-herboristerie.com

Après avoir reconnu « l’archétype de beauté qui est dans l’hexagone », Kepler évoque :

Les alvéoles des abeilles

Les corps réguliers rhombiques associés aux nombres 12 et 30.

La figure du grain de grenade et celle que les pois prennent sous la pression.

Les coquilles d’escargots.

Les corps réguliers utilisant le quinaire issus de la proportion divine, avec un rappel de la suite de Fibonacci.

L’influence du froid sur la cause de la figure étoilée de la neige, et le givre sur les fenêtres.

1725224325475272112680665772130738561313762n.jpg

Art by wind and snow par Laurent Crassous Photography

Réflexion pour Rien

… ces petites étoiles, en tombant, consistent en trois diamètres velus soudés en un point, leurs six extrémités étant distribuées régulièrement en cercle de sorte qu’elles tombent seulement sur trois rayons velus (…)

Mais ainsi la question n’est pas discutée, mais seulement reportée. Car on ne voit pas pourquoi ce n’est pas cinq ou sept, mais bien six rayons velus qui s’ajustent dans le même centre. Et si vous demandez aux géomètres dans quelle figure trois diamètres se coupent à angles droits, c’est-à-dire en forme de double croix dans le même centre, on vous répondra : dans l’octaèdre, quand on relie les angles opposés. L’octaèdre, en effet, possède six angles. Comment donc se fait-il que la neige en tombant, avant de s’aplanir, avec ses trois diamètres velus se coupant à angle droit, imite elle-même le squelette même d’un octaèdre ? Au point que, si vous joigniez par douze droites les extrémités voisines des rayons, vous représenteriez le corps complet d’un octaèdre.

Note : 6 + 8 + 12 = 26.

floconpetit7ced3.jpg

Pourquoi la figure est de préférence sexangulaire

Pourquoi donc cette forme sexangulaire ? Est-ce parce que, parmi les polygones réguliers, c’est la première figure vraiment plane et qui ne s’unit à elle-même dans aucun solide ? En effet, le triangle, le quadrilatère, le pentagone forment des solides. Est-ce parce que l’hexagone couvre un plan sans laisser de vide ? Mais le triangle et le quadrilatère font de même. Est-ce parce que cette figure est la plus proche du cercle parmi celles qui couvrent un plan sans laisser de vide ? Y a-t-il un critère de différenciation entre la faculté figurant les corps stériles et celle figurant les corps féconds, dans le fait que l’une forme les triangles et les hexagones, l’autre les pentagones ? Ou enfin est-ce que la nature elle-même de cette âme formatrice participe de l’hexagone dans le repli de son essence ?

1084020516637272112680665772128968475753364n.jpg

Citations sur la neige

Zohar II, 281b (adjonctions à 209b) : « Lorsque le Saint, béni soit-il, créa le Paradis, il prit la neige sous son trône glorieux et en forma le sol du Paradis. »

Sepher Yetsirah I, 11 (version GR’A, traduction Virya) : …Il traça et sculpta 22 lettres sorties d’un Tohu Bohu de boue et d’argile. Il les traça comme une sorte de jardin. Il les sculpta comme une sorte de mur. Il les déploya comme une sorte de toit. Il versa de la neige et elles devinrent poussière, car il est écrit : « Il dit à la neige : Tombe sur la terre ! ».

Le mot neige : שלג formé des lettres Shin, Lamed et Guimel a pour valeur, 300 + 30 + 3 = 333.

108402067999577211268066577212902261153854n.jpg

Givre sur Montségur: Laurent Crassous Photography

Revoir

A propos de Kepler : Nombres et Mystères 2, article du 13/05/09 ; Sur les traces de Johann Kepler, article du 30/06/09

Sur l’hexagone : Numérologie – 288, article du 23/08/09 et Numérologie du 18/05/09

Sur l’octaèdre : Nombres et Mystères 3, du 18/11/09

Rejoignez les fans de Laurent Crassous photography et de Montségur sur Facebook.

 


Autres articles

3 commentaires

  1. Magali dit :

    eh bé dis donc , on peut dire que la neige ,ça t inspire !

  2. Bruno Mathis dit :

    etoiledeneige « Entre nous »

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire