Jour de l’An

Le calendrier romain

Le début de cet article est extrait du texte d’une conférence donnée par Nicolas Reznikov il y a quelques années, devant les membres d’une association humaniste et culturelle.

Notre calendrier moderne est l’héritier direct du calendrier primitif romain réformé par Jules César. Le calendrier primitif romain était fondé sur le mois lunaire de 29 et 30 jours alternés, sauf le mois de février qui n’en comportait que 28.

Le premier jour du mois s’appelait CALENDES. Le mot calendes vient de calendarium, qui veut dire échéancier. Ce jour-là les pontifes annonçaient les dates importantes.

Les calendes correspondaient au premier croissant visible de la nouvelle lune, ensuite venaient les IDES qui marquaient le milieu du mois. Mais le 14 étant considéré comme néfaste, on fixait les ides au 13 ou au 15. Entre les deux s’intercalaient les NONES, neuvième jour avant les Ides. Ce sont les trois bornes mensuelles qui vont permettre de dater un événement dans le mois, et fait remarquable, tout le système de datation est un décompte à rebours.

Ainsi le premier jour du mois est « Calendes ». On pourrait s’attendre logiquement à ce que le lendemain soit appelé « lendemain des Calendes » ; pas du tout, ce sera le quatrième jour avant la borne mensuelle suivante, c’est à dire les Nones. Le jour suivant sera le troisième avant les Nones, puis la veille des Nones, puis enfin les Nones.

Cette borne des Nones étant dépassée, on compte à nouveau à rebours par rapport à la borne suivante, les Ides, et nous avons le huitième jour avant les Ides, le septième etc. jusqu’aux Ides.

Après les Ides, on compte à nouveau à rebours jusqu’aux prochaines Calendes.

Quand arrivait une année bissextile, on redoublait le sixième jour avant les Calendes de Mars, ce qui faisait que le mois de février comptait deux jours Sextus, il était donc « bi-sextus ».

L’année primitive romaine commençait le premier mars et comportait dix mois. Les quatre premiers mois portaient des noms à signification :

Mars : Père de Romulus le fondateur de Rome (voir note)

Avril : diminutif d’un nom étrusque de Vénus.

Mai : en l’honneur de la Pléiade Maia, mère de Mercure

Juin : en l’honneur de Junon, épouse de Jupiter.

Les six autres mois portaient seulement un numéro d’ordre :

Quintilius : le cinquième, deviendra Juillet en l’honneur de Jules César.

Sextilius : deviendra Août en l’honneur de Auguste.

September : le septième.

October : le huitième.

November : le neuvième

December : le dixième.

300pxjanusvatican.jpg

Janus

Lorsque l’année fut portée à 12 mois, on rajouta Janvier en hommage à Janus, le dieu des portes, et Février, du mot februa (rite expiatoire). Jules César fixa le début de l’année au Premier Janvier, mais personne ne songea à changer les noms des anciens derniers mois, et nous avons récupéré une absurdité car les noms ne correspondent plus au numéros d’ordre des mois.

La réforme de Jules César eut lieu en l’an 708 de Rome, soit en l’an 45 avant l’ère vulgaire.

200pxjulescesar.jpg

Jules César

Le début de l’année

La décision de Jules César de transférer le début de l’année du premier mars au premier janvier, d’abord suivie à la lettre dans tout l’Empire Romain, fut contestée par la suite pour des raisons de tradition ou d’idéologie.

L’Eglise fut très longtemps réticente à faire débuter l’année le premier jour d’un mois consacré au dieu païen Janus, sans pour autant donner de mot d’ordre précis. Ainsi la plus grande fantaisie régna dans les provinces de l’Empire décadent et se prolongea durant le  Moyen-Âge.

En France, au VI° et au VII° siècles, l’année commençait à nouveau le premier mars (à dieu païen, dieu païen et demi). Sous Charlemagne et jusqu’au XII° siècle, l’année commença à Noël. En d’autres lieux, l’année changeait le 25 mars, jour officiel de l’équinoxe de printemps au temps des César. En 1235, un concile réuni à Reims voulu généraliser la date du 25 mars, mais le vieil esprit gaulois réveillé pour l’occasion préféra fêter l’an 6 jours plus tard comme au temps des Druides, c’est à dire le premier avril… (Pour les Celtes, comme pour les Egyptiens, le sixième jour de la lune était le plus sacré)

Sous les Capétiens, suprême incommodité, le début de l’année se plaçait à « Pâques », et était donc mobile. L’année 1347 dura presque 13 mois et par exemple, comme l’a remarqué un généalogiste, Charles VIII est mort en 1497 ou en 1498 : « C’était le 7 avril 1497, à compter l’année à la feste de Pâques comme on le fait à Paris et en 1498 à commencer à l’annonciation de Nostre-Dame (25 mars), comme on le fait en Aquitaine ».

Le Saint Empire Romain germanique mit fin à ces errements en revenant au premier janvier en 1500. Les Anglais conservèrent le 25 mars jusqu’en 1571.

200pxcharlesix.jpg

Charles IX

En France

Et en France, depuis quand le premier janvier est-il le premier jour de l’année ?

Depuis l’édit de Charles IX promulgué en 1564 et qui prit effet en 1567.

Compte-tenu des 13 années d’interruption du au calendrier républicain qui débutait le 22 septembre, cette année cela fera 430 fois que nous célèbrerons le début de l’année le premier janvier.

photo124170955600342diaporama480x480.jpg

La planète Mars (photo Nasa)

Note sur Mars

Par Raymonde Reznikov

Le culte de Mars a revêtu une grande importance dans la religion romaine, car c’est de son union avec la « vierge » Rhéa Sylvia que naquirent les jumeaux Remus et Romulus, ce dernier étant le fondateur de Rome.

Mars, le dieu romain de la guerre fut aussi assimilé à la planète du même nom. Riche en fer, la planète Mars brille d’un éclat rougeâtre. Or dans la tradition juive, le monde romain et son héritage chrétien ont été symboliquement identifiés à Esaü le roux, frère jumeau de Jacob, appelé aussi Edom, c’est à dire le rouge, suite à une aventure popularisée par des traductions simplettes du document original. Esaü, on le sait, vendit son droit d’aînesse à son frère contre un morceau de pain et un plat de lentilles, légume particulièrement riche en fer.

La planète Mars est sœur de la Terre et les dernières découvertes scientifiques sur le terrain ont montré qu’elle aurait pu développer la vie avant sa sœur (si elle n’avait pas rouillé, me souffle l’incorrigible Plutochien… loooooooooooool).

Les illustrations proviennent de Wikipedia

 

 


Autres articles

Un commentaire

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire