Précession des équinoxes

Ecliptique

Le chemin circulaire apparent et fictif que semble suivre le soleil dans son parcours annuel autour de la terre se nomme l’écliptique.

Ce cercle de l’écliptique a un centre par lequel passe un axe dirigé vers un point du ciel appelé « Pôle de l’écliptique ». Il est situé dans la constellation du Dragon, à 18 h. en ascension droite et 66° 5’ en déclinaison.

La terre a son axe de rotation dirigé vers le « pôle nord » céleste, et en raison de son inclinaison, cet axe fait un angle de 23° 26 avec l’axe de l’écliptique.

L’équateur terrestre, cercle fictif perpendiculaire à l’axe des pôles de notre planète, a sa projection dans le ciel : « l’équateur céleste »

Le point vernal, ou point γ (gamma), est un des deux points d’intersection de l’équateur céleste avec l’écliptique. Le soleil dans sa course franchit ce point tous les ans, vers le 21 mars, à l’équinoxe de printemps.

La terre n’est pas exactement ronde et le diamètre équatorial mesure 43 km de plus que le diamètre du cercle passant par les deux pôles. Pour cette raison, l’influence des forces émanées de la lune et du soleil ne se répartit pas de façon égale, et sans vouloir entrer dans des détails trop techniques, disons qu’une des conséquences de cette situation est que la terre, soumise à des pressions diverses, ne tourne pas vraiment rond. Elle oscille imperceptiblement et son axe de rotation ne pointe pas toujours vers la même étoile polaire ; il décrit un cercle autour du pôle de l’écliptique. De cela il résulte que la position occupée dans l’espace par l’équateur céleste change et que les points d’intersection de cet équateur avec l’écliptique se déplacent également.

Le « point vernal » déterminant l’équinoxe de printemps, entrée dans le signe du Bélier, rétrograde d’un degré tous les 72 ans environ. Il met approximativement 2155 ans (chiffre porté symboliquement à 2160 ans) pour franchir un signe du zodiaque de 30°.

C’est ce phénomène qui a reçu l’appellation poétique de : Précession des équinoxes.

400pxobliquiteplanecliptique.png

Graphique de webastro.net

La précession des équinoxes

Chacune des périodes de 2160 ans prend le nom du signe d’origine dans lequel se déplace le point vernal. C’est pourquoi on emploie les expressions : ère du Taureau, ère du Bélier, des Poissons, du Verseau etc..

En effet, à une lointaine époque l’écliptique a été de manière symbolique divisée en 12 secteurs de 30° chacun : les Signes du Zodiaque, signes que le soleil semble traverser successivement au cours de son périple annuel.

Les signes du zodiaque ont jadis, en raison de l’influence qu’ils sont censés véhiculer et transmettre, reçu des noms qui ont été également octroyés à des constellations d’étendues diverses, situées de part et d’autre de l’écliptique.

Au fil des temps, signes du zodiaque et constellations ont parfois coïncidé, mais cette coïncidence reste l’exception. En fait, les constellations zodiacales forment une toile de fond destinée à fixer dans le ciel le souvenir du zodiaque solaire primordial.

En raison du phénomène de la précession des équinoxes, le lent déplacement des signes du zodiaque sur cette toile de fond, et par rapport au zodiaque d’origine, constitue une formidable horloge cosmique.

hipparq.jpg

Hipparque (astrosurf.com)

Hipparque et les Chaldéens

Notre civilisation occidentale doit la démonstration et la mesure de ce phénomène à Hipparque, qui reconnut s’être servi pour ses travaux des observations des mages Chaldéens. En effet un siècle avant lui, Bérose, prêtre du dieu Bel, avait fondé dans l’île de Cos, voisine de Rhodes, une école d’astronomie équipée d’une bibliothèque où se trouvait mise à la disposition des Grecs toute la documentation des Babyloniens, dont l’histoire remontait, d’après leurs archives, à 241.200 ans avant le Déluge.

Hipparque réactualisa en fonction de son époque le découpage en secteur de 30° du zodiaque mobile des signes, et il précisa à ce propos, comme le mathématicien Euclide l’avait fait 200 ans auparavant :

« que les levers et les couchers des astres doivent être organisés en fonction du début du signe du zodiaque qui se lève ou se couche, et non du lever ou du coucher de la constellation du même nom. »

Cette remarque est capitale, car elle prouve l’existence du zodiaque solaire des signes conjointement à celui des constellations.

Les mythes et les légendes ne sont pas une pure fiction. Une doctrine archaïque unique transparaît dans les mythologies du monde entier concernant chaque constellation et chaque étoile.

L’histoire du monde et celle de l’évolution humaine sont écrites dans le ciel, à nous de savoir les lire.

precessionn.gif

La ronde des pôles (carte wikipédia)

+ 2000: alpha de la Petite Ourse

- 3000: alpha du Dragon

- 8000: thêta d’Hercule

- 12 000 à – 14 000 : alpha de la Lyre (Véga) sera polaire en + 14 000

- 15 500: delta du Cygne (attention à l’erreur typographique: lire + 12 000)

- 17 000: alpha du Cygne (Déneb) sera polaire dans 7 à 8000 ans

La prochaine à venir en l’an 4000 est delta de Céphée

 

 


Autres articles

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire