L’imposture christique

Traduction, trahison !

L’adjectif grec χριστός (christos) veut dire oint, frotté légèrement, enduit. Il vient du verbe χρίω, frictionner, frotter, oindre, enduire, teindre. Christos est la traduction en grec de l’adjectif hébreu משיח (mashya’h), enduit, oint, graissé, mot issu du verbe משח (masha’h), enduire.

L’humble adjectif grec a été promu au rang d’idole par la grâce des pères de l’église romaine. Dans la foulée, son homologue hébraïque a subi une semblable opération en devenant le « Messie ». Les grands prêtres et les rois d’Israël étaient des « mashya’h » parce qu’ils avaient reçu une onction à l’huile d’olive…

La première onction sacrée fut d’ailleurs celle que le patriarche Yâqov octroya à un des modestes cailloux qui lui servirent d’oreiller la nuit où il rêva de l’échelle.

« Yâqov se leva le matin, prit la pierre qu’il avait mise sous sa tête, il l’érigea ; il versa de l’huile au sommet » (Gen. 28, 18).

Il faut noter qu’en V.O., le sommet de la pierre, le mot « Roshah », signifie aussi tête. Ensuite parmi les oints célèbres on trouve les grands prêtres Aaron et ses fils, puis les rois Saül, David, Salomon et leurs successeurs. Le messianisme, c’est à dire l’espoir de la venue d’un roi ou d’un grand prêtre oint, venant apporter la délivrance est une vision des prophètes, en particulier d’Isaïe, source intarissable d’inspiration pour les rédacteurs des textes fondateurs du christianisme. Toutefois, il n’a jamais été question de la venue d’un quelconque avatar de divinité à idolâtrer, l’Unique étant par essence indivisible.

En fait, les prophètes espéraient la venue de deux héros libérateurs, l’un issu de la lignée royale de David, l’autre issu de la lignée de Joseph ; et c’est là que nous retrouvons les « Josué », יהושע en hébreu, nom qui signifie secours de Yaho… La traduction en grec du nom en question, Ιησούς, a totalement perdu son rapport avec la notion de sauveur, σωτήρ (soter). Le verset 21 du chapitre 1 du supposé Mathieu : « …Iéshoua, parce qu’il sauvera son peuple de ses fautes. » est donc d’un ridicule achevé.

Le premier « Josué » est le successeur de Moïse. Il est issu de la tribu d’Ephraïm, fils de Joseph. Le second est le grand prêtre du retour de l’exil à Babylone. Son père s’appelait  Yotsédeq , c’est à dire «Yo le Juste ». Or le patriarche Joseph était appelé Le Juste, mais aussi l’Artisan, comme un charpentier ou un forgeron. Voilà pourquoi Mathieu écrit en 1, 19 : « Joseph, son homme est un Juste ».

Autour de ces deux premiers Josué gravitent des personnages aux noms connus : Myriam, Elisabeth, Zacharie, qui se retrouveront comme par hasard dans la biographie fabriquée du troisième, comme l’a démontré superbement Bernard Dubourg dans ses ouvrages.

La manœuvre frauduleuse

Dans les versions en grec des textes fondateurs du christianisme, le nom traduit de nos jours par « Jésus », s’écrit exactement comme celui des deux « Josué » de la Septante, version en grec du Tanak ou « ancien testament »

Lorsque Jérôme, dit saint, traduisit en latin les documents primitifs, il appela  les « Ιησούς » 1 et 2 : Josué, et le troisième du nom « Jésus ». Pourquoi ? Il s’agissait d’un seul et même nom, écrit exactement et volontairement sans aucun doute de la même manière. Etait-ce justement pour masquer cette similitude et les trop grandes parentés existantes, jusqu’à dans l’environnement familial des trois personnages ?

Mais il y a plus grave. Jérôme dans sa Vulgate se garda bien de traduire l’adjectif grec χριστος par le latin correspondant unctus, comme cela aurait été logique. Les traducteurs en langues dites vulgaires ont tous suivi ; les plus honnêtes ont ajouté parfois une note fort discrète… Seul André Chouraqui a transcrit les noms propres dans leur langue d’origine.

Et c’est ainsi que naquit une idole païenne de plus dans un panthéon mythologique déjà fortement peuplé, un personnage fictif appelé Jésus-christ, c’est à dire « Josué le oint », remix du Josué 1 et du Josué 2  des temps plus anciens.

Comme l’a si justement écrit Bernard Dubourg : Le christianisme, ça baigne dans l’huile.

Pour en savoir plus

Rappel : Bernard Dubourg, L’invention de Jésus, 2 volumes ; L’infini, Gallimard, Paris 1987-1989

Les deux volumes de Bernard Dubourg peuvent être téléchargés sur : dl.free.fr ; cliquer « livres PDF »

Voir aussi Le Champ du Midrash, lien ci-contre.

Roland Tournaire :Genèse de l’Occident chrétien, éditions L’Harmattan 2001

 


Autres articles

15 commentaires

  1. Pierre Sylvain dit :

    Il faudrait faire une enquête à la sortie des églises et des temples, et poser la question: que veut dire « christ » ? A part, ben et heu!, la majorité des sondés répondrait que ça doit avoir un rapport avec la croix… Voilà le résultat de 2000 ans de bourrage de crânes, et nos élites intellectuelles, même athées, ne semblent pas trop motiver pour remettre les pendules à l’heure. Il faut avouer que tout le monde s’en tamponne. Et vive les oeufs de paques et les sapins de noël!

  2. Akhsah Caleb. dit :

    Josué I, c’est le copain de Caleb… Par certains côtés, il est comme Josué III, un symbole lunaire. Il a pris la ville de Jéricho, par ce que ce nom en hébreu s’écrit YeRiHoW et celui de la lune YeRaH. On a dit que la ville de Lunel dans l’Hérault s’appelait ainsi parce qu’elle avait été fondée par des exilés de Jéricho…

  3. R R dit :

    Il est réconfortant de constater que les successeurs des auteurs de ces « contresens » malheureux sont désormais dans l’obligation de se payer des publicités sur Google pour continuer à vendre leur camelote; comme en témoignent les annonces débiles qui parsèment ce blog.

  4. Pierre Sylvain dit :

    A mourir de rire. Je suis allé voir sur l’annonce. Elle vient bien de l’église romaine qui se conduit comme une secte. En gros, envoyez la soudure, la formation d’un curé coûte 21.710 euros.
    Mdr!

  5. Roger M. dit :

    Dans « Les premiers christianismes » de René Nouailhat, éd. Errance, j’ai relevé la remarque suivante:
    « Les récits évangéliques se recoupent, mais ils sont, dans le détail, fort divers et souvent contradictoires. La critique textuelle a recensé près de cent cinquante mille variantes, souvent minimes, parfois franchement contradictoires. »
    Cela semble confirmer les hypothèses de Bernard Dubourg que je vous remercie de m’avoir fait connaitre.
    A propos des mauvaises traductions, j’ai appris que les cornes que Michel-Ange avait posées sur la tête de Moïse étaient le résultat d’une erreur de saint Jérôme; auriez-vous des précisions à ce sujet ?

  6. Jérôme a confondu le verbe QaRaN = rayonner, avec le mot QeReN = corne. Cela nous a valu un Moïse de Michel-Ange ressemblant au dieu gaulois Cernunos; mdr!
    C’est aussi pour cacher ces faiblesses dans ses écritures dites sacrées, que l’église romaine a massacré tant d’innocents : supposés hérétiques trop critiques, ou malheureux Juifs connaissant trop bien les faiblesses des fondations de l’édifice.
    Et maintenant, regardez: ça a l’outrecuidance de se payer des annonces sur Google pour pouvoir continuer à financer ses fastueuses pîtreries… « ptdr »

  7. Michel Louis Lévy dit :

    « huile » se dit en hébreu « Chemen » SMN
    Voir « Les cornes de Moïse (fin) »
    http://www.hemmelel.fr/blog/2006/04/26/les-cornes-de-moise-fin/
    Le mot « Messie », Oint, est à rapprocher de celui d’?dipe, « Adipeux », et de la consistance du sperme masculin. Nous avons tous été « Oints » le jour où le sperme de notre père s’est « incarné » dans l’ovule de notre mère.

  8. Merci pour votre précision. Je vais mettre votre blog en lien. Vos articles sont passionnants, j’y ferai sûrement par la suite de nombreux renvois.

  9. Akhsah dit :

    Juste un petit mot pour faire remonter l’info. Elle sera utile à certains amis sur facebook: ceux à qui on a bourré le crâne avec l’hypothèse historique…

  10. Roger M. dit :

    La croisade continue. Les nouvelles sectes, celles des adventistes ou des évangélistes par exemple,qui attaquent le bastion des curés ne font que continuer à propager les mêmes âneries juste un peu relookées. Il faut toujours recommencer la démonstration, la crédulité humaine est sans limite

  11. Akhsah Caleb dit :

    Pour information, voir un des derniers articles publiés sur Le Champ du Midrash:
    http://www.lechampdumidrash.net/articles.php?lng=fr&pg=431

  12. Roger M. dit :

    Voici des informations complémentaires:
    http://srg.hereses.perso.libertysurf.fr/index.html

  13. Akhsah dit :

    Après plus de deux ans de protestations, je m’aperçois que ce blog est toujours aussi pollué par des publicités tout à fait contraires aux articles publiés… J’en ai même vu une sur la littérature xtienne, hors sujet dans l’étude sur les cycles du temps. S’il le faut, je suis prête à contribuer financièrement à la totale disparition de ces encarts parasites; dommage pour les croquettes pour chien!

  14. Inutile chère amie, je viens de faire procéder au nettoyage…. Comme vous, je regretterai certaines annonces, et la compagnie des robots va manquer à Plutochien. Malheureusement, il n’y avait pas d’autre solution au problème.

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire