BELTAINE

LA NUIT DE WALPURGIS

(Nuit du 30 avril au 1ermai)

Rendue célèbre par le roman de Gustave Meyrink et par le deuxième Faust de Goethe, sa célébration, considérée comme satanique, fut interdite par les autorités du christianisme, toutes sectes confondues. Les églises voulaient surtout s’opposer à une résurgence de la fête celtique de Beltaine, symbole du renouveau printanier associé à la plantation de l’Arbre de mai, et à des feux de joie.

Dans Les Celtes et le Druidisme, j’ai consacré plusieurs pages à tous les aspects de la fête de Beltaine. En voici quelques exemples :

Universellement, les fêtes du mois de mai ont été associées à un culte des morts (…). Universellement aussi, ce mois fut dédié à la Grande Déesse des origines, la Vierge et la Mère. L’une d’elle, Maïa, donna son nom au mois. Maïa la Pléiade, mère de Mercure, rappelle Eithné, fille de Balor, mère de Lug. Maïa, l’accoucheuse, renvoie à Brigit, honorée par les Celtes lors de la fête de Beltaine, en tant que déesse du feu, c’est à dire de la lumière et de la chaleur qui refaisaient leur apparition au nord après leur long séjour au sud.

Les Romains identifièrent Lug avec Mercure, mais cette identification ne semble pas satisfaisante. Quelle parenté unirait Lug, « au visage de soleil », avec le rusé dieu des voleurs et des marchands ? En fait, derrière Mercure, se profile le fils de Maïa, l’Hermès des Grecs, le Toth égyptien et le Budha des textes védiques, c’est à dire la planète Mercure, l’astre qui ne fait qu’un avec le soleil et reçoit sept fois plus de lumière que la terre.

a66cbd0aa1.jpg

Or cette année, durant la nuit du 30 avril au 1er mai, la planète Mercure sera en conjonction avec l’astérisme des Pléiades. Décidément 2009 est une année très chargée en symbolisme astronomique.

Lug et Belenos

Tous deux aspects divins liés à la lumière, Lug et Bélénos semblent souvent interchangeables dans la mythologie celtique. En fait Bélénos était un dieu d’origine nordique et orientale. Il fut associé à l’est, au renouveau du printemps et au Taureau. Pour les profanes Bélénos, à l’instar d’Apollon, était considéré comme un dieu solaire ; seuls les initiés connaissaient sa véritable nature. A l’origine dieu polaire, maître de la nuit, il était de ce fait gouverneur de la lune, comme le dieu Bel des Chaldéens. C’est pourquoi, tous les 19 ans, lorsque le soleil et la lune allaient s’unir en conjonction avec les Pléiades pour la fête de Beltaine, l’Apollon des Grecs lui, se rendait chez les Hyperboréens, à Stonehenge dit-on, et restait chez eux à danser et chanter toute la nuit, de l’équinoxe de printemps jusqu’au lever des Pléiades ; pourquoi ?

stonehenge.jpg

Au milieu du premier millénaire avant l’ère commune, les Pléiades restaient cachées pendant 40 jours depuis l’équinoxe de printemps jusqu’au 1er mai environ.

BELTAINE

Le fête de Beltaine du 1er mai est opposée à la  fête de Samain du 1er novembre, le jour où s’ouvrait un passage donnant accès à l’Autre Monde. L’église romaine transforma à son profit la Samain en Toussaint mais les festivités celtiques renaissent avec Hallowen.

Chez les Celtes, la fête de Beltaine était certes une fête consacrée au soleil, mais peut-être également, comme l’a supposé d’Arbois de Jubainville, une fête célébrée en l’honneur d’un dieu des morts appelé Beltiné ou Belténé. Dans ce cas, les feux allumés pour Beltaine pourraient être comparés aux lampes et aux lanternes des autres traditions à la pleine lune de mai. En consultant les légendes irlandaises, on s’aperçoit en effet que le 1er mai était considéré à la fois comme un jour de catastrophe et un jour de renaissance, et que cette date commémorait finalement l’anniversaire de la disparition de races condamnées et celui de l’apparition de nouveaux venus en Irlande, c’est à dire sur la terre. Par certains aspects, Beltaine fut identique à la Pâque (la vraie) ; d’ailleurs Patrick (dit saint) ne s’est pas trompé sur sa signification.

CATHARES ET PREMIER MAI

Parmi les événements catastrophiques liés au 1er  mai, il faut mentionner ici l’assemblée qui s’est tenue près de Sens en 1209, au cours de laquelle l’église romaine obtint du roi de France l’autorisation de lancer la croisade contre les Albigeois. C’est ce triste anniversaire que nos autorités locales ont choisi de commémorer cette année par des festivités diverses destinées à attirer les touristes. Le nombre de morts provoqué par cette sinistre opération rappelle les grandes hécatombes liés à ce jour dans la tradition celtique. Malheureusement, il n’en sortit aucun renouveau.

LES PLEIADES

Universellement le petit astérisme des Pléiades constitue l’élément central du symbolisme sidéral. Il sépare, il est vrai, la constellation du Taureau de celle du Bélier, et marque la frontière entre les signes zodiacaux du même nom. A partir de son emplacement, il devient facile de reconstituer le zodiaque originel par un simple découpage de l’écliptique en secteurs de 30°. Les Pléiades indiquent aussi le point de départ des 28 (ou 27 de nos jours) demeures de la lune :Nakshatra de l’Inde, Sieou de la Chine. On sait par la tradition chinoise que les Pléiades, Mao, indiquaient le point vernal  2357 ans avant l’ère commune.

Les Pléiades sont associées au nombre sept. Elles sont souvent comparées à une envolée d’oiseaux, des alcyons ou des colombes, nous en reparlerons. Pour en savoir plus, voir Les Celtes et le Druidisme.

20398.jpg

 Photos: Conjonction Mercure/Pleiades, Futura-Sciences

 Stonehenge: www. bergoiata.org

 


Autres articles

Un commentaire

  1. R. R. dit :

    L’article est de 2009, les positions astronomiques des planètes ne sont pas les mêmes chaque année.En 2013 par exemple, seule Vénus à 19° dans le signe du Taureau est relativement proche des Pléiades.
    Aspect remarquable en 2013: conjonction soleil-Mars (10°50 et 7°50 Taureau) à Saturne (8° Scorpion).

Répondre

Fanatique d'esprit |
Scravic |
New EVENING Newcastle CHRON... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Archives Montségur 09
| Paroles de Soie
| club des alices noire